Elle tue son mari à coups de bâton

Elle tue son mari à coups de bâton

A soixante-dix ans, il ne supportait plus son épouse, sa cadette d’une quarantaine d’années. C’est sous le même toit dans la commune rurale Sidi Smail, d’El Jadida, dans la région de Doukkala-Abda qu’ils ont commencé, il y a cinq ans, leur relation conjugale.

Pas moins d’une année plus tard, leur foyer a été égayé par l’arrivée d’un nouveau-né. Une joie de courte durée puisque les malentendus entre les deux époux se multipliaient. Sans aucun doute, le grand écart d’âge a provoqué une douloureuse fissure dans leur relation au point que l’épouse a fini par rejoindre le foyer parental situé à une quarantaine de kilomètres du foyer conjugal. Les jours, les semaines et les mois passaient sans qu’elle retourne chez son époux. Les proches et les voisins intervenaient pour qu’ils arrivent à une entente convenable au moins afin de prendre soin de leur nouveau-né. Mais, en vain. Quatre ans plus tard, l’époux, septuagénaire, a recouru à la justice pour réclamer le retour de son épouse au foyer conjugal.

Et l’épouse en a fait de même pour réclamer la pension alimentaire. Un face-à-face devant la justice laquelle a tranché en faveur de l’épouse. Et l’époux s’est retrouvé obligé de lui payer au moins une partie de la pension alimentaire avant de la supplier, soutenu par ses proches et voisins, de retourner au foyer conjugal.

Enfin, elle a cédé. Mais, les problèmes ne vont pas tarder à refaire surface. C’est ainsi que dimanche dernier, 28 février, un énième échange de reproches a vite cédé la place aux injures pour que l’époux saisisse un bâton et donne des coups à sa femme. Mais étant plus jeune, elle est arrivée à le lui arracher et le rouer de coups jusqu’à ce qu’il ait perdu connaissance. Après quoi, elle a mis sa djellaba pour sortir de chez elle à destination de chez ses parents. A mi-chemin, elle a téléphoné à l’une de ses voisines pour lui demander d’aller voir ce qu’il est advenu de son époux. Et c’était l’irréparable qui s’est produit, le septuagénaire a rendu l’âme.

Alertés, les éléments de la gendarmerie royale d’Ouled Frej se sont dépêchés sur les lieux. Le cadavre du défunt a été évacué vers la morgue à El Jadida pour être autopsié et l’épouse a été arrêtée. Soumise aux interrogatoires, elle a tout avoué pour qu’elle soit poursuivie en état d’arrestation pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner. Elle devait être traduite hier mercredi devant le parquet général près la Cour d’appel d’El Jadida.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *