États-Unis : début du procès d’un adolescent

Àla surprise générale, le juge Charles Campbell, de la Cour supérieure du comté de Ventura, à l’ouest de Los Angeles, a refusé aux avocats de Brandon McInerney, aujourd’hui âgé de 16 ans et jugé comme un adulte, le report de «quelques mois» qu’ils demandaient pour pouvoir achever leur enquête et assurer à leur client, qui risque la prison à vie, «un procès juste». «Je ne pense pas que vous ayez été suffisamment diligents» dans cette affaire, a lancé assez sèchement le juge aux avocats Scott Wippert et Robyn Bramson, qui avaient déjà obtenu un report de deux mois en mai dernier. Le juge a suivi le procureur, Maeve Fox, qui avait estimé un peu plus tôt: «Cette histoire est en train de devenir une blague. On va finir par perdre des témoins, qui vont en avoir assez de tout ça». À la sortie du tribunal, M. Wippert se montrait scandalisé par la décision du juge et la position de l’accusation. «C’est effrayant de voir un procureur précipiter la tenue du procès d’un garçon de 16 ans quand il est clair, et nous le disons depuis plus d’un mois, que nous ne sommes pas prêts». Mme Fox a déclaré pour sa part aux journalistes que «la défense avait eu près de deux ans pour se préparer» et que «l’enquête est certainement ce qu’elle aurait dû commencer par faire». Brandon McInerney est poursuivi pour meurtre avec préméditation et risque la prison à vie. Le visage impassible, il n’a pas dit un mot lors de l’audience de mercredi. Sa mère était présente dans la salle. Les débats devaient reprendre lundi avec la sélection du jury, à moins que la défense ne fasse appel de la décision du juge Campbell, ce qu’elle n’excluait pas mercredi. «C’est une option», a déclaré à l’AFP Mme Bramson. Le 12 février 2008, alors âgé de 14 ans, l’adolescent avait abattu de deux balles dans la nuque le jeune Larry King, 15 ans, en pleine salle de classe, à Oxnard, une ville située à une centaine de kilomètres à l’ouest de Los Angeles. Le meurtre, qui avait suscité une vague d’indignation à travers les Etats-Unis, est traité par l’accusation comme un crime homophobe, car Larry King, victime en permanence des moqueries de ses camarades, se revendiquait gay.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *