France : 25 ans de réclusion pour le meurtrier de Marouane

Une sentence lourde, à l’image de l’ambiance dans la salle d’audience, a souligné Nice-Matin dans son édition du 20 novembre. Mais elle aurait pu l’être bien plus : l’avocat général avait requis la réclusion à perpétuité. En effet, la seconde journée d’audience a réservé des surprises sitôt ouverte, avec la projection des auditions filmées après le drame du 24 août 2009. Bilel B. y reconnaît avoir frappé un bébé de 14 mois, celui de sa compagne Najet Abdallah, dans un accès de colère contre ses pleurs incessants. On le voit mimer le geste. Puis craquer, réaliser qu’il a commis l’irréparable. Et ce, sans la moindre pression policière. Autant d’images en totale contradiction avec ses déclarations la veille. Pourtant, l’accusé persiste : il nie tout en bloc, et accuse au contraire la mère endeuillée. Sa version des faits est à l’exact opposé de celle de Najet. La présidente Anne Segond intervient : «Comment voulez-vous qu’une mère tue un enfant avec qui elle a une relation fusionnelle ?». Or les experts l’ont souligné : Bilel B., jeune clandestin arrivé d’Algérie sous une fausse identité, jouit de ses facultés mentales. Dès lors, son déni systématique irrite au plus haut point la partie civile. Les réquisitions de Nadine Mouttet, elles, traduisent sur un ton glacial «la colère que nous éprouvons». Pour l’avocat général, «l’enfant est mort sous les coups de cet homme et de personne d’autre. Ce n’est pas un accident, mais le meurtre de l’innocence». Point d’élément à décharge à ses yeux: «Il n’a rien fait pour le sauver et a voulu masquer son crime. Il a adopté une stratégie toujours évolutive et contradictoire. Sa réponse est lâche, comme le geste». Dès lors, Nadine Mouttet requiert une sanction rare : la perpétuité.
Stupéfaction dans la salle. Désemparé, Me Adam Krid, l’avocat de la défense, tente une dernière fois de raisonner son client. «Je ne supporte plus toutes ces versions. Dites-nous ce que vous avez fait au bébé ! » Coup de théâtre. En larmes, B. avoue enfin. «J’ai lancé deux fois Marouane. Il est tombé par terre. Je l’ai pas fait exprès, je n’avais pas l’intention de le tuer. Je demande pardon». Sitôt condamné, Bilel B. a annoncé vouloir interjeter appel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *