Il assassine pour se défendre

Nous sommes aux Urgences de l’hôpital Hassan II à Settat. Vers 9h30 du matin, un jeune homme, soutenu par deux autres, arrive dans un état critique. Il avait une grave blessure au ventre et ne tenait debout que très difficilement. Il a été conduit à la salle des opérations, mais trop tard. Il a rendu l’âme. Ses deux amis, qui l’accompagnaient, ont aussitôt pris la fuite. Ils n’ont même pas avisé la famille de la victime. Alertés, les éléments de la police sont arrivés aux Urgences pour voir le cadavre. Selon le registre des patients, il s’agit d’un certain Redouane, âgé de 26 ans.
Qui sont les deux hommes qui l’ont accompagné aux urgences ? Les enquêteurs ont appris, à ce propos, que le blessé avait été conduit à bord d’un petit taxi. Les recherches intensifiées pour retrouver ce taxi ont donné, quelques heures plus tard, leur fruit. Les enquêteurs sont arrivés à identifier le chauffeur qui a été convoqué au commissariat. Il a révélé aux limiers qu’il transportait une cliente quand deux jeunes, armés de couteaux, l’ont obligé à s’arrêter au quartier Derb Omar. Il a affirmé que les deux jeunes maintenaient difficilement un troisième jeune qui semblait avoir été poignardé au ventre. Ils ont ordonné à sa cliente de descendre et sont montés dans le véhicule. Craignant d’être agressé, le chauffeur du taxi les a conduits jusqu’aux urgences.
Aussitôt, les enquêteurs se sont rendus au quartier Derb Omar pour chercher à savoir s’il y a eu une quelconque bagarre.
«Oui, il y avait une bagarre entre Redouane et Omar…», disent plusieurs personnes qui y ont assisté.
Qui est Omar ? Il s’agit d’un technicien, propriétaire d’un commerce. Il est âgé de 31 ans et jouit d’une bonne réputation. Arrêté, Omar a avoué avoir poignardé Redouane, mais qu’il n’avait pas l’intention de le tuer. «Je me suis défendu», affirme-t-il aux enquêteurs.
Omar a précisé aux enquêteurs qu’il était dans son commerce quand Redouane et ses deux complices sont entrés. Ils étaient sous l’effet de la drogue. Brandissant des couteaux, ils lui ont ordonné de leur remettre une somme d’argent. Il a refusé. Redouane l’a alors menacé. Et c’est là où Omar a, lui aussi, sorti un couteau. Sans réfléchir aux risques ni aux conséquences, il lui a asséné un coup au ventre.
Omar a été traduit, en état d’arrestation, devant la Cour d’appel de Settat poursuivi pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *