Il avoue de plein gré son crime… huit ans après

Il avoue de plein gré son crime… huit ans après

Ils étaient quatre amis qui circulaient à Sidi Bennour. Les éléments de la police de la ville qui effectuaient quotidiennement des rondes routinières les ont interpellés, cet après-midi de ce jour du mois d’août, juste pour vérification d’identité, leurs comportements leur ayant paru suspects.

Effectivement, les quatre jeunes ont obéi aux ordres des policiers qui les ont conduits, à bord de la fourgonnette, au commissariat. Là, les policiers les ont fichés un par un. Il s’est avéré qu’ils ne sont ni recherchés par la police ni être des repris de justice. Bref, ils sont sortis tranquillement du commissariat. Tout d’un coup, l’un des quatre amis y a retourné. Il s’est tenu devant les policiers qui lui avaient permis de partir avec ses amis. Il n’a pas mis longtemps à dévoiler la raison de son retour. «Il y a huit ans, j’ai tué un homme à Tit Mellil», avoue-t-il. C’était en 2005, quand il était à Tit Mellil, dans la région de Casablanca, il a agressé mortellement un étudiant universitaire pour lui dérober son vélomoteur avant de s’enfuir sans laisser la moindre trace.

Le mis en cause a été mis entre les mains de la gendarmerie royale de Tit Mellil qui l’ont soumis aux interrogatoires avant de le traduire devant la Cour d’appel de la capitale économique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *