Il réalise son rêve de… retourner en prison

Il réalise son rêve de… retourner en prison

«Tu vas me manquer. Mais je te rejoindrai le plus tôt possible», chuchote Ayoub. F, âgé de vingt-six ans, à l’oreille de son ami alors qu’il s’apprêtait à quitter la prison locale de Khouribga. Ils échangent un sourire avant de se séparer. Ils sont vraiment deux amis, malfrats, issus du même quartier. Ayoub qui a purgé une peine de six mois d’emprisonnement ferme souhaite rester en compagnie de son ami qui purge actuellement une peine d’une vingtaine d’années de réclusion criminelle pour homicide volontaire. «Sans toi, je n’ai rien à faire en dehors de la prison», ajoute-t-il. S’agit-il d’un sentiment d’amour et de fidélité entre les deux jeunes hommes? Il confie cette réalité de retourner à la prison à sa mère qui fond en larmes sans dire mot. Elle lui donne une somme d’argent. Il change ses vêtements et sort de chez lui. Il traverse la rue sans adresser la parole à personne. En fait, il les hait tous, sans exception, puisqu’ils le traitent de «Ould Chikha» du fait que sa mère est une artiste populaire qui chante dans les cérémonies familiales.
Ayant une somme d’argent dans sa poche, il décide de se soûler. Non pas pour célébrer sa liberté, mais pour commencer son plan de retour à la prison. Dans un hypermarché de la ville, il achète deux bouteilles de vin rouge. Il n’a pas choisi n’importe quel endroit pour s’enivrer, mais à côté de la salle couverte du complexe de l’OCP, l’endroit où passe la majorité de ses voisins qu’il déteste. En effet, il commence, au début, à provoquer quelques jeunes qui s’enivrent également au même endroit. Mais en vain. Ils ne lui prêtent aucune attention. Tout d’un coup, Tarek, son voisin, passe. Il l’insulte. Tarek, une trentaine d’années, célibataire, employé de son état, tombe dans le piège et répond à la provocation : il retourne vers Ayoub et lui donne un coup de poing. Il n’en fallait pas plus pour que Ayoub brandisse un couteau et lui assène deux coups dont un au niveau du cœur. Celui-ci tombe par terre alors que Ayoub attend patiemment l’arrivée de la police qui l’arrête ensuite. Tarek est évacué à l’hôpital provincial de la ville avant d’être conduit à l’hôpital Ibn Rochd à Casablanca. Il a été opéré et sauvé. Mais, Ayoub a affirmé devant les magistrats de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Khouribga qu’il avait l’intention de tuer Tarek ou n’importe quelle autre personne parce qu’il rêvait de retourner en prison. Un rêve qu’il a réalisé puisqu’il a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *