Ils cambriolent 66 appartements et villas

Ils cambriolent 66 appartements et villas

Depuis quelque temps, les plaintes tombent en rafales sur les bureaux des policiers de la ville d’Agadir. Des villas et des appartements sont cambriolés au fil des semaines. Les quartiers Dakhla, des Fonctionnaires, Al Qods et autres font l’objet à plusieurs reprises de descentes de malfrats qui semblent surveiller leur cible avant de passer à l’acte. Car, ils ne visent que les appartements inoccupés ou dont les habitants viennent de sortir. À chaque fois le nombre des appartements et des villas cambriolés augmente. Certes, les limiers ne baissent pas les bras. Ils déploient tous les efforts nécessaires afin de mettre hors d’état de nuire les cambrioleurs. Mais en vain. Les malfrats continuent de sévir. Les enquêteurs redoublent d’efforts. C’est un défi. Les constats effectués ne montrent aucune trace de violence. Les portes des appartements et villas cambriolés semblent être intactes. Les malfrats disposent-ils d’une clé passe-partout? Peut-être. Tout est possible. La tâche semble être difficile pour les détectives qui n’arrivent pas à fermer l’œil. Surtout que les cambrioleurs semblent être des pros. À leur passage, dans la villa ou l’appartement, ils ne laissent aucune trace! Ils ne subtilisent que ce qui est précieux. Des bijoux en or, de l’argent, des téléphones cellulaires haut de gamme, des PC portables, etc.
Au fil des jours, les limiers continuent leur travail de fourmi. En vain. Pire, le nombre des appartements et villas cambriolés passe à soixante-six! Inconcevable. Les enquêteurs intensifient leurs efforts qui vont finalement porter leurs fruits. Un homme de quarante ans, originaire de Goulmime, est arrêté. Il avoue être le cambrioleur n°1 et livre aux limiers le nom de son complice, un père de famille de trente-huit ans. Venus à Agadir pour chercher un emploi, ils ont décidé d’emprunter le mauvais chemin, à cambrioler les appartements et les villas, parce que soi-disant un emploi honnête ne leur rapportait pas assez pour gagner leur vie. Ils ont acheté des clés déjà utilisées dans des marchés aux puces par le biais desquelles ils ouvraient les portes. Mais enfin, ce sont les portes de la prison qui ont été ouvertes pour les accueillir chaleureusement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *