Jugée irresponsable du meurtre de ses 3 enfants

Jugée irresponsable du meurtre de ses 3 enfants

En effet, elle ne les a pas vus depuis la nuit du dimanche 28 juin 2015. Pourquoi ? Elle n’avait pas de réponse, mais elle insistait pour les voir. Cependant elle est restée bouche bée quand le président de la Cour lui a expliqué, lundi 18 janvier, qu’elle a tué trois de ses cinq enfants, à savoir ceux qui étaient âgés respectivement de cinq ans, trois ans et de six mois. Elle n’en croyait pas ses oreilles. En fait, elle ne se souvenait pas de ce qu’elle avait commis.

Sa mémoire n’a pas gardé l’image de ses enfants ayant grand faim qui sanglotaient après les avoir laissés sans rien manger durant deux jours. Le président de la Cour lui a expliqué, selon les informations consignées dans le procès-verbal dressé par les enquêteurs de la police judiciaire, que son bébé de six mois n’arrêtait pas de pleurer. Il avait grand faim.

Certes, la maman lui a permis de téter ses seins. Mais il n’y avait pas assez de lait. Le bébé a continué à pleurer de plus belle. A un moment donné, la maman, âgée de trente-six ans, a étouffé son bébé, puis ses deux autres enfants. Tous les trois sont passés de vie à trépas. Etait-elle consciente de ce qu’elle faisait ? Non, a répondu le psychiatre chargé par la Cour de la soumettre à une expertise psychiatrique.

Avant de passer à l’acte, selon le rapport, elle ne distinguait plus entre le bien et le mal. Difficilement, elle a raconté à la Cour ce qu’elle avait éprouvé tout au long de ses trente-six ans. Fille de parents séparés, elle a enduré le calvaire suite à son instabilité. Et sa dépression remonte à son adolescence. Bien qu’elle plongeait dans un état de dépression aggravé, elle n’avait jamais eu l’intention de tuer ses enfants, a précisé le psychiatre qui s’est chargé de son état. Relatant les conditions défavorables où elle a vécu, elle pointait du doigt son époux qui, selon elle, ne leur donnait pas d’argent pour avoir de quoi manger. Une accusation que le mari a rejetée catégoriquement devant la Cour.

Verdict : La femme a été jugée irresponsable de ses actes et a été internée à l’hôpital psychiatrique de Fès.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *