Kidnapping et tentative de viol

Nous sommes au quartier l’Oasis, à Casablanca. Au boulevard Abderrahim Bouabid, se situe un bar-restaurant. L’atmosphère y était suffocante, délirante, troublante et extravagante. Autour des tables, des clients ingurgitent leurs tournées de vin rouge et vident leurs bouteilles de bière en causant, bavardant, rigolant et souriant. D’autres se plantent devant le comptoir, plongés dans une solitude rongeante. Chafik et Rachid, respectivement pharmacien et chômeur, âgés tous les deux de trente-cinq ans et Abderrahmane, employé, âgé de trente-huit ans, semblent être du premier groupe, autrement dit de ceux qui s’enivrent pour le plaisir. Jusqu’à quel point peut aller leur plaisir ?
D’abord, la recherche de ce plaisir les a encouragés à solliciter Ibtissame, une fille de joie de dix-huit ans, à les rejoindre à leur table. Au fil des « tournées », les ivrognes perdaient de plus en plus le contrôle de leurs comportements. C’est ce qui est arrivé aux trois amis et la fille de joie au point de provoquer d’autres clients. Chassés du bar par le videur, les trois amis et la jeune fille montent dans la Palio, appartenant au pharmacien. Ils s’arrêtent devant l’entrée d’un hypermarché  pour acheter du vin rouge et quelques cannettes de bière. Reprenant la route, ils s’arrêtent dans un coin du quartier Beauséjour, juste à côté des terrains de football et de rugby. Loin des regards, ils se mettent à nouveau à boire. De temps en temps, l’un du trio s’allongeait, sur la banquette arrière de la voiture, en compagnie d’Ibtissame qui semblait avoir perdu la tête. Elle ne s’est refusée à aucun d’entre eux. Rachid a remarqué une jeune fille qui venait de sortir d’un terrain. C’est la fille du gardien qui semble vouloir faire une course. Rachid a suivi ses pas, l’a attrapée et lui a demandé de l’accompagner à la voiture. Elle a refusé. Rachid l’a alors saisie fortement, l’a violentée, l’a conduit de force vers la voiture pour l’obliger à monter. Aussitôt, un policier qui venait de terminer son service les a remarqués. Il s’est dirigé vers la voiture et a tenté de libérer la fille. Seulement, le pharmacien qui était au volant a démarré. Le policier a hélé un taxi et y est monté. Une course-poursuite s’est alors engagée. À bord du petit taxi, le policier a téléphoné à la salle de trafic de la police de Hay Hassani Aïn Chok. Une alerte a été lancée. Une demi-heure plus tard, la fille a été sauvée. Les trois kidnappeurs ainsi que la fille de joie ont été arrêtés et traduits devant la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *