La perpétuité pour un employé qui a tué son ami

La perpétuité pour un employé qui a tué son ami

Cinq mois et dix jours plus tard, ce jeune homme qui a tué son ami avant d’essayer de maquiller son crime en accident de la circulation, a comparu, l’après-midi du jeudi 18 août, devant les magistrats de la chambre criminelle près la Cour d’appel

d’El Jadida. Il encourait la peine de mort étant accusé d’homicide volontaire avec préméditation et guet-apens
«J’avais trop bu ce jour-là», a-t-il déclaré devant la Cour, tentant ainsi de mettre son crime sur le compte de l’ivresse avancée.
Il était 5 h du matin du mardi 8 mars 2016 quand les gendarmes de Sidi Bouzid ont reçu une information faisant état qu’un accident de la circulation a eu lieu sur la route littorale reliant El Jadida et la station balnéaire Sidi Bouzid. Se dépêchant sur les lieux, ils ont remarqué un jeune homme gisant dans une mare de sang, corps sans vie et portant des traces de violence au niveau du crâne et de la jambe. Tout laissait croire que le pauvre homme a été renversé par un chauffard qui a pris la fuite. Affaire classée donc ? Que nenni ! Non loin du corps, les enquêteurs ont découvert une barre en fer. Ils ont émis l’hypothèse que cela pourrait avoir un lien avec les traces de violences sur le corps du défunt.

La suite des événements va leur donner raison, car le jour même, les enquêteurs ont été informés par le service des accidents de la circulation (SAC) d’El Jadida qu’une voiture, Citroën, a été abandonnée sur la route reliant El Jadida et Jorf Lasfar par son chauffeur qui a pris la fuite après un accident tout en ajoutant qu’ils ont identifié et arrêté le chauffard. Rapidement, les éléments de la gendarmerie royale qui enquêtaient sur l’affaire du cadavre retrouvé sur la route littorale reliant El Jadida et la station balnéaire Sidi Bouzid ont rejoint leurs collègues du SAC afin de savoir si le chauffard en question avait un lien quelconque avec le défunt.

Soumis aux interrogatoires, il a avoué que le défunt était son ami qu’il a tué au terme d’une soirée arrosée. Employé dans la zone industrielle d’El Jadida, il a expliqué qu’il était en compagnie de son ami, un technicien en électricité au complexe industriel Jorf Lasfar, dans un restaurant-bar situé dans la station balnéaire Sidi Bouzid. Suite à un malentendu, le technicien a quitté les lieux tout en empruntant à pied le chemin allant à El Jadida où il occupe, tout seul, un appartement. Malheureusement, l’employé dans la zone industrielle l’a rejoint à bord de sa Citroën et lui a coupé le chemin. Après quoi, il a arrêté sa voiture pour descendre armé d’un bâton. Il lui a asséné plusieurs coups à la tête et à la jambe avant de monter dans sa voiture et démarrer à toute allure.

Devant la Cour, il a tout avoué en précisant qu’il n’avait pas l’intention de tuer son ami. Mais la Cour, après les délibérations, l’a jugé coupable pour homicide volontaire avec préméditation et guet-apens.
Verdict : La peine à perpétuité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *