Smara: Une famille blessée dans l’explosion d’une mine

Smara: Une famille blessée dans l’explosion d’une mine

L’explosion d’une mine dans la province de Smara a failli coûter la vie, la semaine dernière, à une famille marocaine d’origine sahraouie, alors que l’opération de déminage fait son chemin.

Selon des sources basées à Smara, l’explosion d’un engin a fait plusieurs blessés parmi les membres d’une même famille à bord de leur voiture tout-terrain en excursion en plein désert.
Cet incident vient alors que la campagne de déminage lancée dans les provinces du Sud depuis le 15 janvier 2007 a permis la récupération de plus de 18.451 mines antichars et antipersonnel, et la destruction de 15.266 engins explosifs.

Ainsi, selon le bilan établi par le ministère délégué auprès du chef de gouvernement chargé de l’Administration de la défense nationale, trois bataillons du «Génie» de combat équipés de moyens sophistiqués de détection et de neutralisation ont été déployés dans les secteurs d’Oued Drâa, Sakia El-Hamra et Oued Eddahab, appuyés par 9.000 militaires, et qui ont ciblé notamment les abords immédiats des agglomérations où vivent de paisibles populations civiles, et les zones du pâturage.

Le même bilan dont, ALM détient une copie, souligne, que la présence de mines dans cette zone remonte à la phase armée du conflit qui oppose le Maroc aux séparatistes du Front Polisario soutenu par l’Algérie. Le mode opératoire adopté par ce mouvement consistait à mettre en place, de manière anarchique, des bouchons de mines sur tous les axes susceptibles d’être empruntés, aussi bien par les unités des FAR que par la population civile. Alors que les Forces armées royales plaçaient leurs mines pour se défendre dans des champs bien identifiés le long du mur de défense pour se protéger des infiltrations des mercenaires du Polisario, et disposent des cartes nécessaires pour les récupérer dès le règlement du conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Et d’ajouter que les ennemis de l’unité territoriale du Royaume rejettent toute coopération en la matière pour sauver les vies des civils malgré la pression des instances onusiennes.
Ces efforts s’accompagnent aussi par le marquage des zones de mines, la diffusion des informations pertinentes auprès des populations civiles, et des actions de sensibilisation au profit des éleveurs et bergers qui nourrissent un grand espoir de voir ces provinces définitivement nettoyées.

A noter que le Maroc a déjà signé et ratifié la Convention d’Ottawa, qui a pour objectif d’éliminer les mines antipersonnel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *