Technicien d’électricité le jour, cambrioleur la nuit

Technicien d’électricité le jour, cambrioleur la nuit

Sept malfrats dont un technicien d’électricité et des caméras de surveillance impliqués dans le cambriolage de centres de contrôle technique de voitures, de restaurants-bars et de locaux commerciaux ont été présentés hier matin, lundi 17 mars, par les éléments de la police judiciaire du district de Hay Hassani, à Casablanca, devant les représentants des mass-médias et ce, avant d’être traduits, le même jour, devant le parquet général près la Cour d’appel.

L’affaire a commencé par une information faisant état qu’un jeune homme dispose de timbres officiels qui ne devraient être disponibles que dans les bureaux de tabac et les centres de contrôle de voitures. Mobilisés, les limiers de la PJ de Hay Hassani sont arrivés, vendredi 14 mars, à arrêter, au quartier El Oulfa, le suspect et en sa possession plusieurs timbres officiels de vingt dirhams. L’enquête policière a révélé que ce premier suspect s’approvisionnait de timbres de chez un technicien d’électricité et des caméras de surveillance.

Ce dernier a été épinglé au boulevard Oum Er-Rabiê, au quartier El Oulfa. Une perquisition a été effectuée chez lui, à Farah Es-Salam, et elle a été soldée par la saisie de PC, photocopieurs, appareils DVD et télévisions, plusieurs centaines de timbres officiels, des centaines de cartes de recharge de téléphones portables, des cachets et plusieurs autres objets dont une pièce dorée. Vu sa profession de technicien d’électricité et des caméras de surveillance, il lui arrivait de fréquenter plusieurs locaux, entre autres deux centres de contrôle technique de voitures à Kenitra, plusieurs restaurants-bars situés au quartier Aïn Diab, à Casablanca ainsi que plusieurs autres locaux commerciaux.

Une fréquentation qui lui permettait de localiser leurs entrées et sorties sans attirer l’attention, et d’y retourner, la nuit, avec ses complices pour les cambrioler.

Interrogé sur la pièce dorée saisie chez lui, le mis en cause a précisé l’avoir reçue de deux escrocs qui lui ont demandé d’en confectionner d’autres du même modèle, mais cette fois-ci en or qu’ils présenteront en tant qu’échantillons à de potentielles victimes. En fait, ils comptaient ne leur vendre que des pièces en cuivre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *