Trois malfrats tuent le veilleur de nuit d’une station-service

Trois malfrats tuent le veilleur de nuit d’une station-service

Vers 11 h du matin de ce jeudi 21 janvier, les éléments de la gendarmerie royale de Khénifra ont conduit trois malfrats vers une station d’essence, située au centre d’Aguelmous, à trente-deux kilomètres de la capitale des Zayanes. Des dizaines de badauds y étaient déjà, dans l’attente d’assister à la reconstitution du crime qui a coûté la vie à un veilleur de nuit. Que s’est-il passé au juste? Au centre rural d’Aguelmous se situe la station-service en question. Dans un cagibi qui se trouve sur sa terrasse, un veilleur de nuit la surveillait chaque nuit. Seulement, cette nuit du mercredi 6 janvier ne ressemblait pas aux autres. Pourquoi ? Le veilleur de nuit qui tenait un bâton et écoutait la radio a été surpris par deux jeunes hommes qui se sont plantés devant lui. Cagoulés, ils portaient des couteaux. Rapidement, ils l’ont jeté par terre et lui ont donné des coups de poing et de pieds. Après quoi, ils lui ont ligoté les mains et les pieds avec un fil en plastique. Et tout d’un coup, l’un des deux voyous lui a asséné quelques coups de couteaux au niveau de sa main et de sa joue. Pour qu’il ne demande pas secours, ils lui ont mis un ruban adhésif sur la bouche. Ils sont descendus vers le bureau où se trouvait la caisse sans qu’ils soient remarqués par quiconque. C’était le matin tôt que le veilleur de nuit a été découvert sur la terrasse, corps sans âme. Les éléments de la gendarmerie royale ont été alertés. Ils sont arrivés sur les lieux. Résultat du constat d’usage effectué : la porte principale de la station d’essence était défoncée, une caisse était cassée et une somme de plus de 50 mille dirhams volatilisée. Qui a commis ce crime de braquage doublé de meurtre? La tâche semblait difficile pour les enquêteurs. Surtout qu’il n’y avait personne lors de cette nuit pluvieuse dans la station-service, sauf la victime. Au fil des jours, les limiers ne sont pas arrivés à la piste menant à l’arrestation des malfrats. Et pourtant, ils n’avaient épargné aucun effort pour arriver à un résultat positif. Un effort qui a donné ses fruits quinze jours plus tard. Les enquêteurs sont arrivés, ce mercredi 20 janvier, à mettre la main sur deux malfrats qui ont perpétré le braquage doublé de meurtre. Soumis aux interrogatoires, ils sont passés aux aveux. Ils ont craché même le nom d’un troisième qui a été arrêté le même jour. Il s’agit de B. Y, âgé de vingt-trois ans, de B.A, âgé de trente-huit ans et de A.M, âgé de vingt-deux ans. Les trois malfrats ont avoué avoir préparé leur coup. Avant de passer à l’acte, les trois malfrats ont repéré les lieux à maintes reprises. Ils avaient l’intention de ne rien laisser au hasard. Quand ils ont décidé de passer à l’exécution, ils se sont adressés, la veille, à une agence de location de voitures établie à Khénifra. Ils ont loué une voiture à bord de laquelle ils sont arrivés vers minuit à Aguelmous. Ils l’ont garée un peu plus loin de la station-service pour ne pas éveiller les soupçons du veilleur de nuit. Vers 2h du matin, ils sont passés à l’acte. Après avoir ligoté le veilleur de nuit et lui a asséné des coups de couteau, ils ont défoncé la porte principale de la station, y sont entrés, ont fracassé la caisse et ont mis la main sur une somme de plus de 50 mille dirhams. Après quoi, ils ont quitté les lieux par la porte de derrière, ils sont montés dans la voiture et se sont volatilisés. Ils ont acheté une Peugeot 405 pour commencer d’autres opérations de braquage. Heureusement, ils ont été mis hors d’état de nuire et traduits, vendredi dernier, devant la Cour d’appel de Meknès.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *