Un adultère qui finit dans le sang

Un adultère qui finit dans le sang

C’était par un pur hasard qu’ils se sont rencontrés pour la première fois. Le grand écart d’âge entre ce couple issu de la ville d’Azemmour – il avait vingt-cinq ans et elle quarante-cinq – ne les a pas empêchés de s’exprimer librement.

«Je ne savais pas qu’elle était mariée, je croyais qu’elle était divorcée. C’est ce qu’elle me disait», a affirmé ce jeune homme qui est maintenant à son vingt-huitième printemps quand il a comparu, dernièrement, devant la chambre criminelle près la Cour d’appel d’El Jadida, poursuivi en état d’arrestation pour homicide volontaire et complicité à l’adultère.

Ils ont vécu trois ans comme homme et femme sans qu’il sache qu’elle est mariée et qu’elle a des enfants. Une réalité qu’elle ne lui a jamais révélée. Craignait-elle qu’il l’abandonne s’il apprenait qu’elle était mère de famille ? Et son mari ? L’aimait-elle?
«Elle ne m’a jamais parlé de son mari, ni de ses enfants. Nous étions comme de vrais époux», a-t-il précisé sur un ton de regret.
Quand il lui a exprimé son amour et son rêve de se marier avec elle, elle lui a promis de le réaliser le plus tôt possible. Seulement, elle lui a demandé d’attendre le temps de mettre son agence immobilière sur les rails.

«Elle me demandait trop d’argent pour qu’elle redresse financièrement son agence immobilière. J’étais toujours généreux avec elle. Je ne lui refusais rien», a-t-il ajouté devant la Cour. Disait-il la vérité? Seule la principale concernée pourrait répondre, mais là où elle est, sous terre depuis sept mois, elle ne pouvait confirmer ou infirmer.
Il a précisé, lors de son interrogatoire par la Cour, qu’au fil du temps, après trois ans d’amour et de générosité, elle voulait l’abandonner.
«Ses comportements ont changé, elle ne voulait plus de moi. Mais je ne pouvais pas, je l’aimais», s’est-il exprimé devant la Cour qui l’écoutait attentivement.

Le jour «J» est arrivé, le mercredi 22 juillet 2015. Vers midi, le jeune homme a téléphoné à sa bien-aimée qui s’est abstenue, au départ, de lui répondre. Après maints appels, elle lui a affirmé qu’elle est à El Jadida. Disait-elle la vérité ? Non. Car, un quart d’heure plus tard, il l’a remarquée en train de monter à bord d’un petit taxi. A bord de sa voiture, il l’a suivie jusqu’à ce que le petit taxi se soit arrêté juste devant son agence immobilière située au boulevard Mohammed V. Elle y est rentrée et il l’a suivie. Une conversation concernant l’avenir de leur relation a été engagée.

«Elle m’a demandé 20 mille dirhams pour qu’elle reste avec moi», a-t-il prétendu devant la Cour.
Il l’a giflée. Alors elle a saisi un couteau par lequel elle a tenté de le blesser. Malheureusement, il le lui a arraché pour lui asséner trois coups de couteau avant de prendre la poudre d’escampette. Sa bien-aimée a rendu l’âme à peine arrivée à l’hôpital. Le lendemain, le jeune homme s’est présenté de son plein gré devant la police qui l’a traduit devant la justice.
Verdict : 25 ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *