Un repris de justice arnaquait les rêveurs de l’eldorado

Les apparences sont souvent trompeuses. C’est une réalité qui n’a été découverte par une quinzaine de victimes d’un escroc qu’une fois convaincus que leur argent s’est évaporé dans la nature. À aucun moment, elles n’avaient imaginé être trompées par l’élégance du jeune Ahmed, qui se tenait au box des accusés à la salle d’audience de la chambre correctionnelle près le tribunal de première instance de Casablanca. 
« Non, M. le président, je n’ai arnaqué personne… », a-t-il répondu sur un ton sec devant le tribunal. Le juge lui a rappelé qu’il est repris de justice et qu’il avait purgé trois peines d’emprisonnement ferme pour le même motif. Devant le tribunal, se tenaient une quinzaine de victimes. «C’est lui M. le président qui m’a soutiré les vingt mille dirhams», a précisé Samir, l’un des plaignants, avant de relater comment il est tombé dans les filets d’Ahmed. Ce dernier s’est fait passer pour un agent d’autorité qui pourrait l’aider à émigrer en Europe, légalement et non pas clandestinement. Samir, jeune célibataire de vingt-huit ans qui se débrouillait tant bien que mal pour gagner sa vie, a emprunté de l’argent à gauche et à droite pour le remettre à Ahmed. «Il n’a pas tenu sa promesse et n’a pas voulu me remettre les vingt mille dirhams que je lui ai versés», a expliqué Samir au tribunal. 
Khaled, deuxième victime d’Ahmed, a expliqué qu’il travaillait dans une société qui ne lui versait que le SMIG. Il rêvait depuis longtemps d’améliorer sa situation, surtout qu’il ne pouvait pas fonder un foyer avec son salaire. Par hasard, il a rencontré Ahmed dans une gargote située à Bab Marrakech, à l’ancienne médina. Ce dernier lui a expliqué qu’il entretient une relation familiale avec un fonctionnaire du ministère de l’Intérieur qui avait aidé plusieurs personnes à émigrer vers la France, l’Espagne et les Émirats Arabes Unis. Pour quel ? «A chaque destination son prix», lui a-t-il répondu. Khaled, qui rêvait d’aller aux Émirats Arabes Unis, a remis à Ahmed 15.000 DH en attendant qu’il reçoive le contrat de travail pour lui verser le reste de la somme, soit 35.000 DH. Mais Ahmed s’est évaporé dans la nature sans tenir ses promesses.
«Khaled m’a prêté la somme de quinze mille dirhams et la reconnaissance de dette est entre les mains de mon avocat…», a rétorqué Ahmed qui semblait toujours aussi sûr de lui-même et qui continuait à clamer son innocence devant le tribunal. Il a finalement été jugé coupable pour usurpation de fonction et escroquerie avec récidive et condamné à trois ans de prison ferme en plus de la restitution des sommes d’argent soutirées aux victimes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *