Un «Roméo» séquestre une quinquagénaire

Roméo Jacques Cormier, 62 ans, de Moncton au Nouveau-Brunswick, doit répondre à plusieurs accusations liées à la disparition de Donna O’Rielly. Cormier a comparu devant la Cour jeudi après-midi à Moncton. Il est notamment accusé d’enlèvement, de séquestration, d’agression armée, et d’avoir proféré des menaces de mort. Il doit comparaître le 12 avril. Mme O’Rielly, 54 ans, a été retrouvée à Moncton mercredi midi. Elle était portée disparue depuis un mois. La réapparition de Mme O’Rielly représente la fin d’un cauchemar pour sa famille. Deux de ses filles ont pris publiquement la parole jeudi. Elles ont exprimé de l’admiration pour le courage et la force de leur mère. Selon elles, Mme O’Rielly avait accès à un téléviseur, elle savait qu’elle était recherchée et cela lui donnait de l’espoir. Donna O’Rielly n’avait pas été revue depuis le soir du 26 février, au moment où elle quittait son lieu de travail au centre commercial Highfield Square, au centre-ville de Moncton. Les images captées à ce moment par une caméra de surveillance la montrent quittant tranquillement le centre commercial, ses clés à la main. Sa voiture était toutefois restée dans le stationnement de l’édifice. Le nom de Roméo Jacques Cormier est apparu publiquement en 1984. Les médias parlaient d’un couple de retraités qu’il avait terrorisés. Il était entré chez ces gens pendant leur sommeil. Il leur a mis un couteau à la gorge. Il avait aussi une machette de 24 pouces. Il s’était emparé d’argent comptant et d’alcool. Le mari avait réussi à s’échapper et à prévenir la police. Selon les témoignages entendus devant la Cour, Cormier a dit à ce couple de retraités qu’il était un tueur professionnel et qu’il aimait le sang. Cormier a été condamné à quatre ans et demi de prison. Dix ans plus tard, il a récidivé. Il s’agissait cette fois d’un vol à main armée commis dans un magasin d’alcool à Moncton. Lors de cet incident, il a braqué son pistolet sur la tête d’un client. Il a alors dit au commis que la vie du client était dans ses mains et qu’il devait se dépêcher de lui remettre l’argent du tiroir-caisse. Puis, Cormier a tiré un coup de feu au plafond. Lors de son procès, Cormier a dit au juge que ce serait mieux si on le pendait le jour même. Le juge lui a imposé une sentence de cinq ans de prison. Roméo Jacques Cormier doit maintenant répondre à plusieurs accusations liées à la disparition de Donna O’Rielly, le mois dernier. Il doit comparaître devant la Cour le 12 avril.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *