Un voisinage mortel

Un voisinage mortel

Qui a tué Rachid ? Fatiha est-elle la meurtrière ou son fils Brahim ? Chacun d’eux a avoué, devant la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca, être l’auteur du crime. Chacun tentait d’innocenter l’autre pour endosser, seul, la responsabilité. Qui dit la vérité ? La mère ou le fils? La tâche ne semblait pas être facile pour le président de la Cour et ses assesseurs.
Dans le procès d’audition de Rachid, alors qu’il était en état d’agonie, on lit ses derniers mots : «Quand j’apprêtais à rentrer chez moi, Fatiha et son fils Brahim, armés de couteaux, m’ont coupé le chemin…Ils m’ont brutalisé avant que l’un d’eux m’ait poignardé au niveau de la colonne vertébrale ».
Rachid, alors alité à l’hôpital Ibn Rochd, n’a pas indiqué aux enquêteurs celui qui lui a donné le coup fatal.
Selon l’enquête policière, Rachid n’a pas remarqué celui qui l’a tué. « Ils portaient tous les deux des couteaux », a-t-il précisé avant sa mort.
Quelles sont les circonstances qui ont conduit à ce meurtre ?
L’affaire semble avoir pour toile de fond les relations du mauvais voisinage. Souvent, les deux familles se disputaient pour un oui ou pour un non. L’une n’hésitait pas à proférer les invectives contre l’autre pour un peu d’ordures déposées près de la porte de la maison. Les rapports entre les deux voisins se sont envenimés au fil du temps au point que chacune des deux familles cherchait le moindre prétexte pour attaquer l’autre. 
En effet, Rachid ne savait pas pourquoi la mère et son fils l’ont brutalisé ainsi. Il était sur le chemin du retour à la maison. Arrivé à proximité de sa demeure, il a croisé Fatiha qui l’a traité de tous les mots abjects. Senti piqué au vif dans son amour propre, Rachid lui a rendu la monnaie de sa pièce. Après quoi, Fatiha en viendra aux mains pour lui infliger une correction. Rachid ne lui a pas répondu. 
Il a tenté de l’éviter. Toutefois, elle a continué à le battre avec ses mains, puis avec un bâton. A ce moment, Rachid se défend en l’attaquant. Assommée à coups de poings, traînée par terre, piétinée et rouée de coups de pieds, Fatiha a crié à l’aide.
Entre-temps, son fils Brahim, âgé de dix-huit ans, marchand ambulant, qui était à l’intérieur de la maison a entendu une voix en détresse mais familière.
En sortant voir ce qui passait en dehors, il a découvert alors sa mère en train de se faire violenté par Rachid. Pris de rage et de furie, il a couru chercher un couteau de cuisine et est revenu à la charge. Il ne pensait qu’à la vengeance. Peu importait pour lui ce qui se produira après.
À ce moment, sa mère est rentrée en hurlant à la maison pour retourner, également, avec un couteau à la main. Et tout d’un coup, Rachid a lancé un cri strident avant de s’effondrer. Fatiha et son fils sont restés bouche-bées avant l’arrivée de la police.
Qui a tué Rachid ? Chacun d’eux a avoué être le meurtrier et non pas l’autre. Cependant, les témoins avaient une autre version des faits.
Ils ont attesté que lorsque Rachid était en train de se défendre contre Brahim, la mère est entrée à la maison puis est retournée au ring avec un couteau à la main.
A cet instant, Rachid s’est tourné vers elle pour l’empêcher de le poignarder.
Brahim a saisi l’occasion pour enfoncer la lame de son couteau jusqu’au manche à la base de sa colonne vertébrale.
La Cour a jugé Brahim étant l’auteur principal du crime et l’a condamné à vingt ans de réclusion criminelle. Tandis que sa mère, elle a été considérée comme complice et elle a été condamnée à trois ans de prison ferme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *