UNE BANDE DE RAVISSEURS DÉMANTELÉE à Marrakech

UNE BANDE DE RAVISSEURS DÉMANTELÉE à Marrakech

Trente ans de réclusion, tel a été le verdict rendu par la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Marrakech, contre le cerveau d’une bande de malfaiteurs spécialisée dans l’enlèvement de personnes, leur séquestration et la demande de rançons contre leur libération. La Cour a condamné, également, trois des six complices, dont une femme, à vingt ans de réclusion criminelle, deux ont été condamnés à quinze ans et la femme à trois ans de prison ferme.
C’était un quadragénaire, plongé dans le gouffre d’une crise financière, qui a pensé à ce scenario qui n’a rien à envier  aux films hollywoodiens. Il en convainc ses complices dont une femme. L’idée est d’enlever une personne riche, la séquestrer quelque part et réclamer une rançon à sa famille pour la libérer. Suivant minutieusement les étapes proposées dans le «script», les membres de la bande ont réussi à déplumer quelques nababs de la ville ocre sans que leurs affaires ne soient arrivées à la police, car leurs bourreaux menaçaient de les tuer ou d’enlever un de leurs proches s’ils contactaient la police. Seulement, lors de la dernière affaire, la victime, un vieux commerçant de la ville, n’est pas resté les bras croisés, il a avisé les agents de la PJ de Marrakech qui ont immédiatement lancé une enquête minutieuse qui s’est soldée par l’arrestation de tous les membres de la bande.
Après sa libération, la victime a affirmé aux enquêteurs qu’il conduisait sa Mercedes, quand il a été braqué, par une bande qui était à bord d’une Golf, à hauteur du quartier M’hamid. Obligé de s’arrêter, on l’a descendu de sa voiture, ligoté et mis dans le coffre de leur voiture, après l’avoir muselé pour l’empêcher de crier. Ils l’ont conduit à un douar sur la route d’Ourika, où se trouve l’appartement de la maîtresse du chef de la bande. Ils l’y ont séquestré tout au long des jours durant lesquels ils négociaient le montant de la rançon, avec sa famille. Ce montant qui initialement était de 500 mille dirhams est descendu à 250 mille dirhams, après marchandage. Après avoir empoché la somme convenue, ils ont conduit leur victime jusqu’à un coin obscure de Aïn Lalla Haya et l’y ont abandonné.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *