Une bande subtilise plus de 396.000 DH à un employé d’une société

Une bande subtilise plus de 396.000 DH à un employé d’une société

Nous sommes le mardi 10 novembre. Il est 14h55. Un petit taxi s’arrête au quartier Lahjajma, en face de l’entrée de l’hypermarché Acima et à quelque dizaines de mètres d’un bidonville, d’un marché de vente de légumes et d’un groupe scolaire à Casablanca. Tout semble normal. Et personne n’a remarqué quelque chose d’anormale. Même le marchand de cigarettes au détail qui se tenait à l’entrée du bidonville n’a rien remarqué. Certes, il a vu une BMW de couleur noire qui s’est arrêtée juste à côté du petit taxi. Mais il ne s’est pas rendu compte qu’elle ne portait pas de plaques minéralogiques. Pire encore, ni lui, ni d’autres personnes, même les curieux du bidonville n’ont remarqué que les individus qui étaient à bord de la voiture portaient des cagoules en bas de nylon pour femmes.
Un jeune homme est descendu du taxi avec un cartable à la main. Des personnes armées de couteaux sont descendues de la BMW. Ces derniers ont attaqué le jeune homme, l’ont blessé à la main, à la tête et au bras, avant de lui arracher le cartable. Ils sont retournés à la voiture qui a démarré à toute allure. La scène ressemble à une séquence d’un film hollywoodien. Le jeune homme, qui a lancé un cri strident, est tombé par terre devant les regards de personnes curieuses qui sont restées bouche bée, ne croyant pas ce qui est arrivé devant leurs regards. La police a aussitôt été alertée. Les éléments de la police judiciaire préfectorale et de la police scientifique se sont dépêchés sur les lieux pour diligenter une enquête minutieuse. Le jeune homme blessé a été admis au service des urgences de l’hôpital. Il était dans un état grave. Qui est-il ? Il s’agit d’un représentant d’une société qui fabrique des ustensiles de cuisine en argent installée à Fès. Il est venu à Casablanca pour recouvrer des créances. Le cartable qu’il portait contenait  la somme de 396.900 dirhams en liquide et plus d’un million de dirhams en chèques.
Selon les témoignages recueillis par les enquêteurs, les individus étaient au nombre de cinq. Ils  portaient des vêtements chauds, qui devaient être portés dans une ville à la température froide et non à Casablanca qui est encore ensoleillée. Ce qui favorise l’hypothèse qu’ils ne sont pas originaires de la capitale économique. Peut-être qu’ils sont venus d’une région marocaine plus ou moins froide. Les enquêteurs ont déduit également que les assaillants étaient au courant des déplacements de la victime. Deux hypothèses sont plausibles : soit l’un d’eux est un employé de la société, soit ils étaient informés par quelqu’un qui travaille dans la société.
Deux jours plus tard, quand l’état de santé  du représentant de la société s’est amélioré , les enquêteurs l’ont interrogé minutieusement. Qui sait ? Peut-être qu’il est complice ! Mais, il s’est avéré qu’il n’était pas complice. Il a révélé aux enquêteurs les noms des commerçants à qui il a rendu visite. Les enquêteurs ont étudié et analysé chaque information au point qu’ils ont remarqué que les amis de l’aide-commerçant, client de la société, qui dispose d’un commerce à Garage Allal, disposent d’une voiture qui ressemble à la BMW utilisée par les assaillants. Arrêté, l’aide-commerçant a avoué être l’indicateur des assaillants, qui a avisé les membres de la bande, composée, en plus de lui, de cinq éléments dont trois repris de justice. L’un d’eux avait purgé une peine de dix-sept ans de réclusion criminelle.
Les policiers sont parvenus à identifier et arrêter trois membres de la bande. La police, qui a récupéré la somme de 136.000 dirhams, recherche activement les deux autres membres de la bande.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *