avril 19, 2018

 

Une beuverie se termine par un meurtre

Une beuverie se termine  par un meurtre

L’image de cet homme titubant dans le quartier était devenue chose banale. Mais depuis trois jours qu’il a disparu les voisins se demandaient ce qui lui est arrivé.

Depuis le samedi 17 février, T.B, âgé de cinquante-trois ans, n’a plus donné signe de vie. Ce célibataire qui n’a jamais pensé fonder un foyer conjugal occupait tout seul une demeure située à Derb El Ârsa sis quartier Bab Doukkala, à Marrakech. Ivrogne, il gagnait difficilement sa vie. L’image de cet homme titubant dans le quartier était devenue chose banale. Mais depuis trois jours qu’il a disparu les voisins se demandaient ce qui lui est arrivé. Son frère qui demandait de temps en temps de ses nouvelles lui a téléphoné à maintes reprises mais personne ne lui répondait. Redoutant le pire il a décidé de se rendre chez lui. En y arrivant, il a frappé à la porte. Pas de réponse.

Il l’a ouverte par la force et est entré. A peine quelque pas en avant il s’est retrouvé devant le corps de son frère inanimé. Les éléments de la police de Marrakech ont été alertés. Les investigations ont été entamées. Il en est ressortir que la victime était, le samedi 17 février, en compagnie de son ami qui a également disparu. Tous les deux se soulaient durant le soir. L’ami de T.B a été identifié et il a été repéré à Agadir. Les policiers de cette ville l’ont arrêté, jeudi 22 février, au quartier Es-Salam et l’ont remis à leurs collègues de Marrakech, le lendemain, vendredi. Soumis aux interrogatoires, il a avoué avoir maltraité mortellement son ami lors d’une soirée bien arrosée. Le mobile n’était qu’un simple malentendu.

Samedi 24 février, la reconstitution du crime a été effectuée avant de traduire le mis en cause devant la justice.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *