Une mère de famille arnaque quarante femmes

Une mère de famille arnaque quarante femmes

Après avoir mis dans son panier une quarantaine de femmes, cette mère de trois enfants, âgée de quarante-quatre ans, tombe enfin dans les filets de la police de l’arrondissement de Sour Jdid, en ancienne médina, à Casablanca.
Fatima, l’une de ses victimes, l’avait sollicitée à maintes reprises de lui rendre ses dix mille dirhams. Mais en vain. En fait, elle ne voulait pas aller déposer plainte car elle n’imaginait pas de voir derrière les barreaux cette mère et l’éloigner ainsi de ses trois enfants qui ont encore besoin d’elle. Seulement, cette dernière semblait n’avoir pas l’intention de rendre son argent à Fatima qui ne pouvait plus patienter au-delà d’une année. Enfin, elle s’est décidée à aller au commissariat de Sour El Jadid pour porter plainte. Devant l’officier elle a précisé que cette mère de famille, sa voisine du quartier, l’avait arnaquée en se faisant passer pour une femme qui a l’intention de fonder une société. «J’ai rapidement accepté de l’aider en recourant au microcrédit», a-t-elle précisé aux enquêteurs. «Comme garantie, elle m’a délivré un chèque», a précisé la plaignante. En empochant l’argent, la mère escroc s’est abstenue de payer les traites. Elle a même disparu du quartier. Au fil du temps, elle est arrivée à la localiser. Elle l’a rencontrée et l’a invitée chez elle. Entre-temps, elle a alerté la police qui a mis la main, le lendemain très tôt,  sur la femme escroc. Elle a été conduite au commissariat. Devant les enquêteurs, elle a tout avoué. Elle a affirmé avoir arnaqué une quarantaine de femmes. Elle utilisait toujours le même stratagème, elle leur prétendait qu’elle voulait fonder une société et leur demandait de l’aider en recourant à des microcrédits. Une ruse qui était efficace pour empocher de l’argent, mais qui ne pouvait durer. Puisqu’elle a fini par être présentée, le jeudi 11 avril, en état d’arrestation, devant le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Casablanca avec sur le dos une quarantaine de victimes, toutes des femmes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *