Une nuit chaude bien coûteuse

Une nuit chaude bien coûteuse

Il se réveille tôt, vers 2h du matin, de ce jour du mois courant. La fille qui partageait avec lui le même lit n’y est plus. Peut-être qu’elle est aux toilettes. Il reste sur son lit pour quelques minutes. Cinq, dix et quinze minutes s’écoulent et elle ne revient toujours pas.

Il quitte alors la chambre pour aller la chercher aux toilettes, à la cuisine et à l’autre chambre. Mais il ne la trouve pas. Où peut-elle être partie ? Peu importe, puisqu’il l’a rencontrée, par hasard, dans la rue et l’a emmenée chez lui, dans son appartement situé au quartier Aïn Sebaâ, à Casablanca. Seulement, il ne trouve plus les clés de l’appartement et de son 4×4, marque Hyundai Santa Fe.

Tout de suite, il sort de l’appartement, rentre dans l’ascenseur et descend au rez-de-chaussée. Comme un fou, il sort de la résidence. Et c’est la mauvaise surprise. Sa voiture n’est plus garée à sa place. Il retourne à l’appartement. Il remarque la disparition d’une somme de 20.000 dirhams et de son smartphone.

Il sort et hèle un petit taxi. Il se rend immédiatement au commissariat de police pour déposer une plainte. Il explique au limier qui rédige la plainte qu’il était à bord de sa voiture quand cette fille, âgée de vingt ans, lui a fait signe de s’arrêter. Elle lui a demandé de l’aider parce qu’elle est originaire de Tanger et qu’elle a rejoint, à Casablanca, son fiancé qui semble avoir éteint son téléphone portable.

Il lui affirme qu’il a sollicité la jeune fille de passer la nuit chez lui et de partir le lendemain. Acceptant sa proposition, il lui a permis de monter dans sa voiture. Tous deux sont rentrés à son appartement. Chacun a dormi dans une place à part, a-t-il ajouté au limier tout en précisant que vers 2h du matin, il ne l’a pas trouvée sur le lit. Il a découvert la disparition de sa voiture, de son téléphone, de ses papiers et de 20.000 dirhams. Il signale au limier que la fille fréquente souvent la ville de Salé comme elle lui a divulgué.

Une enquête a été diligentée par les éléments de la PJ du district de Hay Mohammedi-Aïn Sebaâ. Pas moins de vingt-quatre heures plus tard, la voiture a été repérée à Salé. Les limiers y sont arrivés pour épingler la jeune fille, un repris de justice de vingt ans.

Emmenée à Casablanca et soumise aux interrogatoires, elle a avoué que cet homme, âgé de 62 ans, l’a croisée dans la rue et l’a sollicitée de l’accompagner chez lui pour passer la nuit ensemble. Elle a précisé qu’ils avaient bu quelques verres de whisky avant de coucher. Mais, vers 1 h du matin, elle a subtilisé les clés pour mettre la main sur la voiture et partir chez elle à Salé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *