Une promesse de mariage et 330.000 DH qui s’envolent

Une promesse de mariage et 330.000 DH qui s’envolent

Originaire de la ville de Safi, elle s’est retrouvée, il y a plus d’une vingtaine d’années, dans la ville d’Essaouira. Le mariage l’a obligée à quitter sa ville natale pour rejoindre son mari qui travaillait là-bas. En effet, la vie conjugale n’est pas facile.

C’est ce qu’elle a déduit puisqu’elle n’a jamais, durant dix-huit ans, vécu de bons moments avec son mari. Certes, chacun d’eux s’armait de patience pour mener le bateau à bon port. Mais, le destin en a voulu autrement : elle a fini sa vie conjugale avec une rupture, puis une répudiation. Gagnant sa vie dignement, elle a gardé ses trois enfants sans penser recourir à la justice pour porter plainte contre son ex-mari qui ne paie pas la pension alimentaire.

Ni le divorce ni les trois enfants ne l’ont empêchée de rêver de se remarier une seconde fois. L’espoir d’avoir un homme qui la soutient dans son parcours lui hantait l’esprit. Puis elle s’est dit pourquoi ne pas recourir, comme d’autres l’ont fait, aux réseaux sociaux qui facilitent la tâche de trouver un conjoint. La mère de famille, âgée de quarante ans, a commencé l’aventure en ouvrant un compte Facebook, acceptant des amis pour entamer la conversation avec eux.Sa relation virtuelle s’est consolidée avec un homme, ayant le même âge qu’elle, et qui s’est fait passer pour un artiste-peintre très connu au Maroc.

Au fil du temps, des conversations et des rencontres, il lui a expliqué qu’il avait l’intention de l’épouser. Et c’était le piège qu’il lui a tendu pour la déplumer. A ce propos, il lui a expliqué qu’il était en train de préparer des tableaux qui ont besoin de matières premières, des produits en or et en argent, qui sont très chères. Elle a cru à ses paroles tout en croyant à sa promesse de mariage. Et elle a commencé à lui verser, à chaque fois, des sommes d’argent pour l’aider. Finalement, il est arrivé à empocher une somme globale de 300.000 DH. Elle lui a versé également une somme de 30.000DH pour embaucher l’un de ses trois enfants et le fils de sa voisine dans les rangs de la police. Ce n’est que quelques mois plus tard qu’elle s’est rendu compte de l’arnaque et a recouru à la police pour porter plainte.
Arrêté, il a avoué être un escroc notoire qui a mis dans son panier d’autres victimes, toutes des femmes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *