Violé en 2008, un mineur crache le morceau en 2012

Violé en 2008, un mineur crache le morceau en 2012

Toutes ces quatre dernières années, il gardait le silence. Aujourd’hui, il est âgé de onze ans. Alors qu’il n’était qu’à son septième printemps au moment où son histoire tragique a commencé. Mais, enfin, il a décidé de dévoiler ce secret dont il n’était qu’un objet sexuel.
C’était en 2008 que l’histoire de cet enfant a commencé à Khmis Mtouh, province d’El Jadida. Il était encore à l’école primaire. Il quittait  son domicile vers l’école et vice versa, c’était son quotidien. Il accompagnait, certes, ses amis et jouaient ensemble tout au long du trajet qui sépare l’école de chez lui. Mais, pourquoi il retournait seul ce jour-là ? Il ne se souvient pas. Peu importe. Toutefois, au cours de son chemin, trois jeunes dont l’âge allant de dix-huit à vingt ans lui ont barré le chemin. Il semble qu’ils étaient sous l’effet de la drogue. Que voulaient-ils de lui ? Il ne savait pas. Mais, ils lui ont demandé de les accompagner. Il a d’abord refusé. Enragé, l’un du trio l’a giflé. Il lui a même mis la main sur la bouche pour l’empêcher de crier. Et tous les trois l’ont conduit vers un terrain vague. Ils l’ont violé à tour de rôle. Après ils l’ont relâché et est retourné chez lui dans un état lamentable. Personne ne s’est rendu compte de quoi que ce soit, ni sa mère ni son père. De plus, il n’a pas osé en parler et a gardé pour lui seul ce secret qui le rongeait jour et nuit. Il ne pouvait rien dire à personne. Déjà, ses trois violeurs l’ont menacé de le retrouver et le tuer si jamais il en parlait à quelqu’un. Depuis, ils ne l’épargnaient pas de leurs comportements pervers. À chaque fois que chacun d’eux le croisait, il l’obligeait à se soumettre à lui. Au fil des mois, sa mauvaise expérience n’était plus un secret. La plupart des jeunes de son douar étaient au courant. C’était l’occasion pour que cinq autres jeunes hommes pensent jouir également de ce petit corps. Et, ils sont passé à l’acte. Notre mineur voulait encore garder le silence, mais il ne pouvait plus puisque tout le monde en parlait dans son douar. C’est la raison pour laquelle il a décidé enfin de cracher le morceau. Il a tout raconté à son père. Une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie royale de Khemis Mtouh. Une enquête a été diligentée. Les trois voyous qui l’ont violé en 2008, ainsi que deux autres parmi les cinq qui ont abusé de lui, ces derniers mois, ont été arrêtés. Trois de ces pervers sont encore en état de fuite.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *