Cadrage : Paradoxes

Le ministère de l’Intérieur apporte les dernières touches au dispositif devant encadrer, du point de vue de l’administration, les préparatifs pour les prochaines élections législatives. D’un côté, le ministre de l’Intérieur a transmis à ses représentants dans les provinces et préfectures du Royaume les instructions pertinentes dans lesquelles il rappelle les volets techniques du dispositif réglementaire et procédurier découlant de l’esprit et de la lettre des textes de lois régissant ces actes civiques majeurs, en démocratie, que sont les opérations destinées à élire les représentants de la nation.
Ainsi, les divers aspects de ces procédures, portant notamment sur les listes électorales, la carte d’électeur, le dépôt, la validation et la confirmation des candidatures, ont été explicités dans leurs moindres détails. C’est d’ailleurs le reflet des préoccupations et des desiderata des représentants de l’ensemble des partis politiques nationaux et des efforts déployés par les experts et les juristes durant plusieurs mois, pour aboutir à un consensus sur les règles du jeu, qui préservent les droits de tout un chacun et assurent l’égalité des chances de tous les acteurs.
D’un autre côté, le département de l’Intérieur vient de donner le coup d’envoi à une campagne de sensibilisation civique destinée à informer les électeurs sur leurs droits et leurs obligations, ainsi que sur l’importance du prochain rendez-vous électoral.
C’est, là aussi, une manière pour l’administration de remplir son contrat, à savoir de mettre à la disposition des candidats et des électeurs les moyens didactiques et l’information nécessaire à un exercice sain et démocratique des droits civiques.
Ce sont là certains des signaux forts que l’administration est en train de donner pour traduire dans la réalité le nouveau concept de l’autorité et en renforcer le contenu et la portée. Et il est tout à fait permis, sur la base de ces prémices, ainsi qu’à partir du profil et de la posture du titulaire actuel du porte-feuille de l’Intérieur, que dans la suite des préparatifs pour les élections, de penser que nulle irrégularité d’origine administrative ne viendra entacher ou jeter une quelconque suspicion sur l’honnêteté et la transparence de ces consultations. Mais ce qui est regrettable actuellement, c’est de voir comment les partis politiques, dans beaucoup de cas, n’ont pas accompagné correctement cette nouvelle dynamique en adoptant des attitudes et des comportements qui vont dans le sens d’une amélioration de la pratique politique et partisane dans notre pays, et rendre à celle-ci une crédibilité sans laquelle tout projet d’édification démocratique est vidé irrémédiablement de sa substance et de son contenu constructif. Après avoir, pendant des années, dénoncé toutes les formes de manipulations ou de falsifications de la volonté des électeurs, les voilà actuellement en train de se rendre responsables de nombreux actes, notamment dans le choix de leurs porte-fanions pour les élections, qui dénaturent les souhaits et les attentes populaires et déçoivent, en définitive, la confiance et le crédit qui leur est accordé en tant qu’instances d’apprentissage du sens civique et de la responsabilité à l’égard de la citoyenneté. C’est tout simplement affligeant.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *