Canaries: Interception à Tenerife d’une pirogue avec 139 subsahariens à bord Las Palmas

Les immigrants, dont au moins 13 mineurs, sont arrivés au port de "Los Cristianos", au sud de l’île, à bord d’un bateau de sauvetage maritime et escorté par un patrouilleur de la Garde civile.

Cette interception est intervenue au moment où le ministre espagnol du travail, Jésus Caldera, effectuait une visite à l’île de Tenerife, pour s’enquérir de la situation qui prévaut dans la région suite à l’afflux des immigrés clandestins.

Jeudi dernier, deux "cayucos" avec 128 subsahariens à bord avaient débarqué sur les côtes de Tenerife, après une accalmie de plusieurs jours enregistrée dans les côtes de l’île, qui a connu l’afflux du plus grand nombre de "sans-papiers" depuis le début de l’année 2006.

Face à cet afflux, la Confédération espagnole de la police (CEP), par la voix de son porte-parole à Las Palmas, M. Agustin Brito, a appelé le gouvernement espagnol à mettre à la disposition des agents de sécurité, plus de moyens et de matériels pour affronter cette situation.

Pour sa part, le Directeur exécutif de l’Agence de gestion et de contrôle des frontières extérieures de l’UE "Frontex", le Finlandais Ilkka Laittinen, qui, lui aussi, vient d’effectuer une visite dans l’archipel pour faire le point, a annoncé vendredi à Bruxelles, la poursuite jusqu’au mois de décembre des opérations de surveillance menées actuellement par l’Agence européenne visant à empêcher la sortie d’embarcations transportant des clandestins depuis les côtes africaines vers l’Archipel espagnol.

Depuis janvier dernier, plus de 27.000 clandestins, en majorité des subsahariens, sont entrés aux Canaries par voie de mer à bord de pirogue de pêche. Plusieurs d’entre eux se sont noyés lors de la traversée avant d’atteindre les côtes canariennes.

Les immigrants ont été remis d’abord à la police nationale pour enquête, avant d’être placés dans un centre d’internement des étrangers en situation irrégulière pour une période ne dépassant pas les 40 jours prévus par la loi des Etrangers, le temps de décider de leurs sorts, soit un rapatriement à leurs pays d’origine, soit un transfert à la Péninsule.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *