Comment devient-on policier au Maroc

Que ce soit pour les gardiens de la paix ou des commissaires, en passant par les deux autres catégories, le mode de recrutement au sein de la police nationale obéit systématiquement au même schéma.
Au sein de l’Institut royal de Police de Kénitra, le seul centre de formation de policiers au Maroc, il existe quatre cycles de formation. Des gardiens de la paix aux commissaires de police, en passant par les inspecteurs de police et les officiers, les concours ne se déroulent jamais au même moment. Et pour cause, l’encombrement dont l’institut ferait l’objet, si tel était le cas. Les moyens restent limités, même quant il s’agit de la Sûreté nationale. La nature des épreuves obéit au même modèle, à savoir un concours écrit, où les candidats sont amenés à démontrer l’étendue de leur culture générale à travers deux dissertations sur des questions d’ordre tout aussi général. S’en suivent, pour ceux et celles qui réussissent à franchir cette première étape, un entretien psychotechnique et un examen de santé, où les aptitudes aussi bien psychologiques que physiques du candidat sont étudiées.
La nature de la formation diffère dépendamment de chaque rang. Elle va de 9 mois, pour ce qui est des gardiens de la paix, à un an de formation, suivie, et c’est valable pour toutes les catégories, de six mois de stage sur le terrain. Et ce n’est qu’après tout cela que le véritable travail commence. Un travail qui fait de la police une force publique instituée pour l’avantage de tous et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.
La police a pour charges de veiller à la sécurité et la paix publiques, c’est-à-dire veiller à l’exécution des lois, à assurer la protection des personnes et des biens, à prévenir les troubles à l’ordre public et à la tranquillité publique ainsi qu’a lutter contre la délinquance. La police judiciaire a pour objectif, sous la direction, le contrôle et la surveillance de l’autorité judiciaire, de rechercher et de constater les infractions pénales, d’en rassembler les preuves, d’en rechercher les auteurs et leurs complices, de les arrêter et de les déférer aux autorités judiciaires compétentes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *