Des élus boudés par les électeurs

Des élus boudés par les électeurs

Le parti de l’Istiqlal (PI) est arrivé largement en tête dans les élections communales du 12 septembre dans la province d’El Jadida en remportant 208 sièges des 978 sièges que compte l’ensemble de la province, suivi du Rassemblement national des indépendants (RNI), avec 186 sièges, du Mouvement National Populaire (MNP) qui a remporté 165 sièges et de l’USFP avec ses 104 sièges. L’Union démocratique (UD), le Parti national démocrate et l’Alliance des libertés ( ADL), ont eu respectivement 61, 49 et 41 sièges. Le Mouvement populaire (MP) et le Parti du progrès et du socialisme (PPS) ont remporté 37 et 33 sièges, suivis du Congrès national ittihadi avec 21 sièges, l’Union constitutionnelle (UC), 17 sièges, le Parti de la justice et du développement (PJD), 14 et le Parti de la gauche socialiste unifiée (GSU), 10. Le PED a remporté 6 sièges, le PML 5, Al Ahd et ICD ont eu chacun 4 sièges, alors que le PRE dispose de 3 sièges. Quatre formations ont eu chacune deux sièges, à savoir le PCS, le PRD, le MDS et le PA. Le PSD et le PDI se sont contentés d’un seul siège chacun et le FFD et Forces citoyennes n’ont eu aucun siège. Dans la ville d’El Jadida, dix formations partisanes seront représentées dans la commune ; sachant que l’ensemble de ces partis ont été élus par moins d’un quart des électeurs inscrits. Le taux de participation aux élections du 12 septembre était de l’ordre de 37 % et les bulletins nuls ont atteint 14% du nombre total voix exprimées. A présent, deux blocs se partagent l’espace de la gestion communale. Le Premier est constitué de l’USFP ( 6 sièges), du PI (4 sièges) et du RNI ( 3 sièges), qui postule la présidence de la commune de cette ville, en plus d’un élément de l’ADL, tandis que la seconde coalition est conduite par le Mouvement national populaire (9 sièges), dont trois membres appartenaient au RNI et faisaient partie du Conseil sortant, en plus de la tête de liste de cette formation qui appartenait à l’Istiqlal et assumait une responsabilité au sein du Conseil sortant, puisqu’il bénéficiait d’une délégation de signature, et jouit , d’après ses adversaires, du soutien de certains agents de l’autorité. Selon des sources fiables, la majorité des composantes de ce bloc, qui comprend les représentants du PJD (5 sièges), du PND ( 3 sièges), les trois représentants du MP, de l’UD et du MDS ainsi qu’un membre de l’ADL ( celle-ci dispose de deux sièges) ont quitté la ville momentanément. Lundi prochain, ils seront certainement, au rendez-vous.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *