Destin de Femmes

C’est la doyenne du nouveau Parlement marocain autant par l’âge que par l’expérience. Latifa Bennani smirès, classée troisième sur la liste nationale de l’Istiqlal, inaugure ainsi son retour à un hémicycle où elle était avec Badiaâ Skalli de l’USFP la première femme à siéger sous la coupole. C’était lors de la législature 1993-1997. Ces deux dames furent alors accueillies comme des stars dans l’enceinte parlementaire, avec les honneurs des médias en prime.
À l’issue des dernières législatives, Mme Bennani Smirès, contrairement à sa consoeur usfpéiste, n’a pas pu reconquérir son siège dans la ville de Fès. Une défaite – objective ou provoquée- qui s’est abattue à cette époque-là comme la foudre sur nombre de figures istiqlaliennes.
Ex-présidente de la femme istiqlalienne, cette militante de la première heure avait passé la main à plus jeune qu’elle : Naïma Khaldoun de Marrakech, mandataire de la liste nationale des femmes du parti. La voilà donc qui revient au Parlement où elle ne sera pas dépaysée mais où elle ne risque pas de rencontrer son amie Badiaâ qui n’a pas été investie par son parti. Autre doyenne des députés femmes cuvée 2002, Zahia Dadi Skalli, classée quatrième sur la liste du RNI. Celle qui a récolté des déconvenues électorales par le passé doit aujourd’hui mieux savourer sa victoire qui a pour elle le goût de la persévérance. De la persévérance, Zahia Skalli en a à revendre. De l’expérience aussi.
Femme de caractère, connue pour son dynamisme, l’élue nationale est une retraitée du ministère du Tourisme où elle était des années durant directrice de la Planification.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *