Deux laboratoires en guerre commerciale pour un pactole de 528 millions DH

Deux laboratoires en guerre commerciale pour un pactole de 528 millions DH

La fabrication du générique Genflu soulève une polémique entre Roche Maroc et Genpharma. Dans une lettre adressée à la ministre de la Santé,Yasmina Baddou,le laboratoire Roche affirme qu’il «n’a accordé aucune licence d’exploitation aux Laboratoires Genpharma pour la fabrication du générique Genflu, ni conclu aucun accord avec ledit laboratoire». Il y a quelques jours, certains journaux avaient relayé une information selon laquelle une seule licence d’exploitation avait été délivrée par le laboratoire Roche à Genpharma pour la fabrication du Genflu.
La lettre précise que «les Laboratoires Genpharma ont été autorisés à fabriquer le générique par une société indienne Hétéro, elle-même liée par un contrat de licence avec la société mère F. Hoffmann-La-Roche». «Ce contrat impose à Hétéro ainsi qu’à ses intermédiaires dans les pays tiers de limiter la vente du générique aux gouvernements afin de constituer des stocks pour faire face à une pandémie éventuelle. Par conséquent Genpharma n’est pas autorisé à vendre le générique en pharmacie», souligne un responsable du laboratoire Roche Maroc. Et de poursuivre que «Genpharma commercialise le médicament sans tenir compte de cette restriction».
Contacté par ALM, Adil Zanfari, président de Genpharma, précise que son laboratoire «respecte à la lettre la note ministérielle en date du 7 mai 2009 qui interdit aux pharmaciens la vente de Tamiflu et Relenza ainsi que leurs génériques. D’ailleurs, nous avons reçu plusieurs bons de commande de la part de grossistes mais nous avons refusé de les livrer».
«Pour l’instant, il n’y a eu aucune commande de Genflu de la part du ministère de la Santé. Cela dit, nous sommes prêt à répondre à toute demande émise par le gouvernement dans un délai de 3 semaines. Nous pouvons produire jusqu’à 60.000 boîtes de Genflu par jour. Nous avons déjà acheté la matière première et de nouvelles machines. Nous nous sommes préparés pour faire face à une commande de 4 millions de boîtes», ajoute-t-il.
Quant à l’efficacité du générique par comparaison au Tamiflu, M. Zanfari rassure : «Nous avons une bioéquivalence, ce qui prouve que le générique a la même efficacité que le médicament original. Nous avons d’ailleurs testé le Genflu sur plusieurs patients marocains atteints de la grippe A/ H1N1». Les spécialistes sont du même avis selon lequel le générique comporte les mêmes principes actifs, en quantité équivalente, que le médicament de marque auquel il correspond. «Un médicament générique doit, en principe, présenter les mêmes qualités que la molécule mère. Il a normalement la même efficacité que la référence», précise Dr Saâd Benmansour, président de l’Association nationale de la médecine et santé libérale (ANMSL) avant d’ajouter que «l’autorisation de mise sur le marché d’un médicament générique repose sur les données d’efficacité obtenues avec le médicament original». Selon le président de Genpharma, ce générique existe sur le marché depuis 2006. Son prix de vente public en pharmacie est de 200 DH (boîte de 10 gelules, 75 mg) contre 334,20 DH pour le Tamiflu. «Depuis 2005, nous vendons la boîte de Tamiflu à 12 euros pour les commandes gouvernementales. Il s’agit d’un prix spécial pandémie», précise une source de Roche Maroc. Sans donner de précision sur le prix appliqué par Genpharma, M. Zanfari affirme vendre le générique beaucoup moins cher. Pour lui, la fabrication locale présente plusieurs atouts en l’occurrence la rapidité et une économie d’argent. «Nous sommes dans une situation d’une grande urgence. J’ai une solution moins chère et disponible. Importer le Tamiflu par le groupe pharmaceutique bâlois Roche constitue une mesure qui prendra beaucoup trop de temps. Roche ne pourra jamais respecter les délais prescrits», conclut M. Zanfari. Si le gouvernement marocain a débloqué la coquette somme de 528 millions DH pour l’achat de 4 millions de doses de Tamiflu, nos voisins algériens ont commandé 10 millions de boîtes. Signalons que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un stock pour au moins 25% de la population. Le Maroc est encore loin du compte. Le pays dispose actuellement d’un stock d’un million de doses.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *