D’un manifeste à un autre

Le 14 août, Roosvelt et Churchill signèrent la Charte de l’Atlantique à Terre Neuve . Les Marocains voyaient dans l’article3 de la charte qui reconnaît « les droits de tous les peuples à choisir la forme de gouvernement sous laquelle ils veulent vivre » un tournant décisif dans la lutte pour l’indépendance et la liberté.
Le 11 janvier 1944, naquit la lueur d’espoir qui allait changer le cours de l’histoire. En ce jour, qui correspondant à l’audience hebdomadaire du conseil du gouvernement chérifien, feu Mohammed V reçut en audience une délégation de l ‘Istiqlal, présidée par Ahmed Balafrej lui remettant le texte du Manifeste. Le texte, qui portait soixante-quatre noms dont une femme. demande « l’indépendance du Maroc dans son intégrité territoriale sous l’égide de Sa majesté Sidi Mohammed ben Youssef » et sollicite le Souverain de « prendre sous sa haute direction le mouvement de réforme qui s’impose pour assurer la bonne marche du pays » et « le soin d ‘établir un régime démocratique (…) garantissant les droits de tous les éléments et de toutes les classes de la société marocaine et définissant les devoirs de chacun.
Ainsi, comme l’a expliqué Feu Mohammed V, « Ce jour restera dans l’histoire de notre pays comme un jour glorieux ».
Bien entendu, 58 ans après cette date, le petit-fils du libérateur de la Nation, SM Mohammed VI, reprend à son compte la mission de continuer la lutte pour la Nation. Mais conformément aux exigences de la conjoncture actuelle. Car, à la légitimité historique s’ajoute la légitimité sociale et économique .
Le Maroc d’aujourd’hui a besoin de relever de nouveaux défis qui interpellent, non seulement les pouvoirs publics mais également, la société civile et l’ensemble des composantes du champ politique. Là aussi les termes et tâches de la recomposition, la restructuration et la mise à niveau s’imposent et sont à l’ordre du jour.
Le Nouveau manifeste d’aujourd’hui est par excellence un pacte d’ordre économique. Il y va de l’avenir du Maroc et de son Indépendance.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *