Émission «Sahrane Mâak Lila» : Maradji, une histoire d’amour avec la photo

Mohamed Maradji a brillé à «Sahrane Mâak Lila». Samedi 12 février, sur la deuxième chaîne nationale, le grand artiste photographe a été l’invité de Imade Ntifi, l’animateur de cette émission de variété.
M. Ntifi  a chaleureusement reçu cette grande pointure de l’histoire du Maroc moderne lui rendant un hommage digne de son statut. Spontané et modeste qu’il est, Mohamed Maradji, doyen et pionnier des photographes marocains, a fait du rendez-vous télévisuel du samedi soir un véritable moment de bonheur pour les spectateurs. L’humour était d’actualité. Une grande facette cachée du photographe marocain a été mise à jour. Le public est allé d’étonnement en étonnement devant le parcours exemplaire de ce «fils de l’ancienne Médina de Casablanca», comme il se définit lui même. Aussi, bien que fervement démenti par Mohamed Maradji, l’animateur a précisé que l’objectif de cet hommage est la récente publication du livre «Maradji : Témoin de son époque», un ouvrage qui immortalise l’époque des trois Rois de la Dynastie Alaouite et qui est sorti fin décembre 2010. Il s’agit d’un livre de 400 pages qui retrace 50 ans de l’histoire du Maroc à travers les 50 ans de la carrière du photographe Mohamed Maradji. Pleine de rebondissements, l’émission a démontré la notoriété, le talent et le professionnalisme de l’artiste qui, loin d’être un photographe banal, a côtoyé de grands noms de la scène artistique, politique et économique internationale. À titre d’exemple, il était un grand ami du célébrissime chanteur et compositeur Abdelhalim Hafid et il a également côtoyé de grandes icônes et de grandes stars de la chanson et du cinéma égyptiens. Par ailleurs, le public a pu, à l’occasion de l’émission, lui découvrir un talent secret pour le chant. Modestement, Mohamed Maradji a refusé de chanter en public prétextant ne pas avoir l’étoffe de se produire aux côtés des autres invités de l’émission qui sont des professionnels de la chanson. Ainsi, d’histoire en histoire, l’émission a été un vrai délice et un voyage dans le temps avec un témoin vivant de son époque.


Bio express
Né le 25 décembre 1939 à Casablanca, Mohamed Maradji a fait ses débuts avec l’indépendance du Maroc comme photographe ambulant dans les rues de Casablanca. Alors qu’il avait à peine 16 ans, cette époque est marquée par le retour d’exil du Sultan Sidi Mohamed Ben Youssef (Mohammed V), dont il devient, très vite, un des proches photographes avant de poursuivre son action auprès de Feu Sa Majesté le Roi Hassan II. Mohamed Maradji, en 1959 à Paris, à l’occasion d’un stage de six mois au sein d’une agence photo de renommée mondiale, photographiait des célébrités françaises de l’époque tels François Mauriac, Edith Piaf, Jean-Paul Sartre ou encore le chanteur Mouloudji. En 2007, il s’est vu décerner la médaille d’or par l’Académie «Arts-Sciences-Lettres» de Paris. Il a été récompensé en reconnaissance de ses qualités humaines et professionnelles ainsi que de son action inlassable pour la promotion de l’art de la photographie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *