Investissements et prêts privés étrangers : Recettes et dépenses en recul

Les recettes au titre des investissements et prêts privés étrangers totalisant 28,92 milliards de dirhams en 2011 contre 39,28 milliards de dirhams une année auparavant, ont accusé un repli de 26,4% soit 10,35 milliards de dirhams. Comparées à la moyenne des années 2006 à 2010, qui s’élève à 35,40 milliards de dirhams, ces recettes se sont inscrites en recul de 18,3% soit 6,48 milliards de dirhams. La répartition des recettes au titre des investissements et prêts privés étrangers, par nature d’opération, reste prédominée par les investissements directs avec 82,9% du total des recettes, suivis des investissements de portefeuille avec 12,3% et des prêts privés étrangers avec 4,8%. S’agissant des dépenses, ces dernières ont porté sur 8,05 milliards de dirhams contre 24,68 milliards de dirhams en 2010, soit une baisse de 67,4% équivalent à 16,62 milliards de dirhams. Elles correspondent aux cessions d’investissements directs étrangers qui s’élèvent à 58,7% du total, aux cessions d’investissements de portefeuille représentant 26,3% et aux remboursements de prêts privés étrangers équivalant à 15%.

Les transferts des MRE défraient la chronique
En dépit de la crise européenne les recettes MRE se sont très bien comportées. En effet, à fin 2011, la communauté marocaine a envoyé au pays plus de 58,5 milliards de dirhams contre seulement 54,38 milliards de dirhams en 2010, en accroissement de 7,6%. Ainsi, par rapport à la moyenne des années 2006 à 2010, évaluée à  52,10 milliards de dirhams, ces recettes ont progressé de 12,3%. De son côté, l’activité touristique s’est démarqué par sa bonne tenue. Malgré la baisse du nombre de nuitées à cause des séjours qui se font de plus en plus courts, les recettes voyages ont dépassé les  58,6 milliards de dirhams en 2011, soit 2,44 milliards de plus qu’en 2010 marquant une hausse de 4%. Aussi, les Marocains qui voyagent à l’étranger ont été moins regardants sur leurs dépenses en devises avec un total dépenses de 10,31 milliards de dirhams en 2011 contre 10,19 milliards en 2010.

Les mauvais élèves des exportations
Les produits alimentaires se sont exportés à raison de 24,34 milliards de dirhams contre 26,79 milliards de dirhams, soit en recul de 9,1%. Cette baisse a pour principale origine les exportations d’agrumes qui se sont rétractés de 23,4%, de poissons en conserve qui ont reculé de 14,9% et de farine et poudre de poissons qui se sont repliés de 39,6%. À noter que les produits alimentaires ont occupé en 2011 le quatrième rang parmi les groupes de produits à l’exportation avec 14,2% contre 17,9% une année auparavant. Aussi, les exportations d’or industriel ont renfloué 446,9 millions de dirhams contre 1,47 milliard de dirhams, soit un repli de 69,7%.

Les avoirs extérieurs se replient de 12,4% en 2011
À fin 2011, les avoirs extérieurs nets ont porté sur 168,78 milliards de dirhams contre 192,62 milliards à fin 2010, soit une baisse de 12,4% évaluée à 23,83 milliards de dirhams. Cette baisse est due aux avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib établis à 166,8 milliards de dirhams contre 187,67 milliards de dirhams à fin 2010 enregistrant un recul de 11,1% équivalent à 20,87 milliards de dirhams et dans une moindre mesure aux avoirs extérieurs nets des autres Institutions de dépôt évalués à 1,98 milliard de dirhams contre 4,94 milliards de dirhams et qui s’inscrivent en recul de 59,9%. L’Office des changes note, dans ce sens, que les avoirs extérieurs nets sont établis selon la nouvelle méthodologie des statistiques monétaires, mise en œuvre par Bank Al-Maghrib. Ils incluent les avoirs nets de Bank Al-Maghrib et des autres Institutions de dépôt.n

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *