La défense de Khattab au banc des accusés

Abdelfattah Zahrach, avocat de Abderrahmane Feryati (athlète et ex-militaire) a été convoqué, hier en début d’après-midi, par le procureur général près la Cour d’appel de Rabat pour s’expliquer sur ses récentes déclarations à la presse concernant le démantèlement du réseau "Ansar Al Mahdi".
La même convocation a été adressée à l’avocat Taoufik Moussaïf Benhammou, pour les mêmes motifs. Mais, ce dernier n’a pu être au rendez-vous étant en vacances au Nord du Maroc, comme il l’a déclaré à ALM. L’avocat PJD a répondu par écrit par le biais du bâtonnier de Rabat, Me Mohamed Ziane. Celui-ci a d’ailleurs assisté à la rencontre entre Abdelfattah Zahrach et les deux premiers substituts du procureur général, Hassan Laoufi.
Interrogé par ALM, Me Zahrach a déclaré que ses propos à la presse étaient liés à l’exercice de son métier et n’étaient en rien contraires à la loi. «J’ai soumis aux représentants du parquet quelques observations basées sur les éléments que j’ai pu recueillir auprès de mon client », déclare-t-il avant d’ajouter qu’il a demandé un délai pour présenter sa réponse par écrit.
Joint par la rédaction d’ALM, Me Moussaïf Benhammou, un habitué des dossiers de la Salafiya Jihadiya, a affirmé avoir été saisi par le bâtonnier de Rabat et qu’il a fourni une réponse par fax. « J’ai bien fait des déclarations dans ce sens à "Annahar Al Maghribiya", mais cela concernait uniquement le cas de mon client Badr Bouziki », précise-t-il.
Abdelfattah Zahrach, lui, est intervenu dans le cadre de l’émission en direct d’Al Jazeera, "Ma Wara’a Al Khabar" (au-delà de l’information) diffusée dimanche dernier à 18H30. Interrogé par le journaliste de cette chaîne, il a déclaré que le dossier de "Ansar Al Mahdi" était "monté de toutes pièces". Des propos qui ne surprennent pas pour cet habitué des déclarations "incendiaires" et qui avait défendu le fameux Pierre-Robert, le terroriste français condamné en septembre 2003 à 30 ans de prison.
Me Mohamed Ziane, lui, apporte une autre version de l’entrevue de ses collègues avec les représentants du parquet. « Je crois que c’est une simple mission d’information. Le procureur a demandé tout simplement que les deux avocats apportent les preuves de ce qu’ils ont avancé avec, toutefois, une connotation de reproche à leur endroit », affirme Me Ziane qui ajoute que c’était «une explication très positive». Ce dernier va encore plus loin en déclarant que, pour le Parquet, Me Zahrach et Me Moussaïf auraient dû également s’intéresser, lors de leurs déclarations à la presse, à d’autres aspects très positifs.
« Les avocats ont salué le fait qu’ils aient pu rendre visite à leurs clients alors que ces derniers étaient en garde-à-vue pour une affaire de terrorisme où sont impliqués des membres de l’armée. C’est quelque chose de très encourageant», ajoute le bâtonnier de Rabat qui affirme aussi que ses confrères «ont reconnu que le Parquet a donné un avis favorable à la visite d’un médecin et cela aussi est très positif».
«Le fait que les deux avocats ne se soient pas prononcés sur ces aspects positifs n’a pas été pour plaire au Parquet », conclut Me Ziane qui termine sur un « j’espère ne pas avoir à défendre mes confrères devant un tribunal ».
Rappelons que 44 membres de "Jamaât Ansar Al Mahdi" dont six militaires ont été déférés jusque-là devant la justice. Leur interrogatoire détaillé aura lieu le 12 ou 13 septembre prochain avec, à la clé, une série de confrontations.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *