La France va demander des précisions sur le suspect arrêté au Maroc

Le parquet en charge à Paris d’une enquête préliminaire sur les menaces reçues par Robert Redeker, enseignant à Toulouse (sud), va adresser aux autorités judiciaires marocaines une "demande d’entre-aide judiciaire" afin d’obtenir plus d’éléments sur le suspect arrêté le 19 décembre.

Selon la même source, deux personnes ont été arrêtées à la mi-décembre en Libye avant d’être expulsées vers le Maroc. L’une d’entre elles, un homme, a alors reconnu devant les policiers marocains être l’auteur des menaces contre M. Redeker.

Selon le quotidien Le Parisien dans son édition de mardi, c’est sous le pseudonyme d’Omar al-Battar, que A.A., âgé d’une vingtaine d’années, avait mis en ligne le 20 septembre 2006 sur un forum internet jihadiste un appel au meurtre visant l’enseignant qui avait alors été placé sous protection policière.

L’homme n’était pas connu des services de police français, a-t-on indiqué de source proche du dossier.
Aucune source parisienne n’était en mesure de préciser le sort de la deuxième personne arrêtée en Libye.
Robert Redeker, qui enseignait la philosophie dans la région de Toulouse, avait publié le 19 septembre 2006 dans le Figaro une tribune intitulée "Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre?" Il y qualifiait le Coran de "livre d’inouïe violence" et le prophète Mohammed de "chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame".
Selon une source judiciaire, la protection policière autour de l’enseignant est maintenue.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *