Le différend irano-américain au coeur des malheurs du Moyen-Orient

«Le différend entre L’Iran et les Etats-Unis est au coeur du malheur du Moyen-Orient, que ce soit l’Irak, l’Afghanistan ou la question palestinienne», a déclaré dans un entretien dimanche à l’AFP, M. Barry, 53 ans. «Ces régions paient le prix catastrophique de l’endiguement et de l’isolement de l’Iran à tout prix, voulu par les Américains en 1979, et qui ont reçu avec la prise d’otages (à l’ambassade américaine, qui avait duré 444 jours, ndlr) une humiliation qui a été perçue comme plus grave, à mon sens, que celle de Pearl Harbour ou les attentats du 11 septembre 2001», ajouté M. Barry.
Né à New York, M. Barry a fait ses études dans les universités de Princetown (New Jersey), et à Cambridge, en Angleterre, mais a travaillé essentiellement comme chercheur, enseignant et dans des activités de défense des droits de l’Homme en France. Spécialiste de l’Afgha-nistan, dont il parle les deux langues, dari et pachto, et de L’Iran, M. Barry était chargé notamment des missions humanitaires clandestines de l’organisation humanitaire française «Médecins du monde», pendant les années d’occupation soviétique, entre 1979 et 1989. Il a été récompensé à Téhéran pour sa traduction en français du «Pavillon des sept princesses», chez l’éditeur français Gallimard, du grand poète persan du douzième siècle Nezami. «Il faut des relations cordiales entre l’Iran et les Etats-Unis, après tant d’années d’humiliations réciproques», a-t-il préconisé.
«Les Etats-Unis doivent admettre que depuis la révolution, dont l’anniversaire est actuellement célébré , l’Iran assume son indépendance, alors qu’il se sentait humilié par les régimes d’avant 1979, pro-russes, selon M. Barry, «l’endiguement» de l’Iran s’est fait «par l’utilisation du président irakien Saddam Hussein dans sa guerre contre l’Iran», mais aussi en Afghanistan. «En Afghanistan, dans les années 80, les Etats-Unis, par leur soutien à l’Arabie Saoudite et au Pakistan, ont aidé les forces sunnites afghanes à la fois anti-iraniennes et anti-soviétiques. Le résultat final, cela a été les Taliban», explique M. Barry. Mais, à ses yeux, la mésentente irano-américaine est également préjudiciable à toute solution du conflit irako-palestinien. «Il est évident qu’actuellement (le Premier ministre israélien) Ariel Sharon joue sa politique sur l’aggravation du différend Etat-Unis-Iran», a-t-il dit.

• Jean-Michel Cadiot (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *