Le gouvernement à la rescousse des éleveurs et agriculteurs

Le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime a monté un programme de soutien au secteur agricole face au retard des précipitations. Ce programme vise à prévenir une dégradation de la situation face au retard des précipitations, a indiqué, jeudi 8 mars, à la Chambre des représentants, Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, qui présentait la situation de la campagne agricole 2011-2012 devant la commission des secteurs productifs. Ainsi, dans le cadre de ce programme, une enveloppe budgétaire de 1,53 milliard de dirhams a été allouée principalement à la sauvegarde du cheptel dans les zones touchées, a relevé M. Akhannouch. Cette enveloppe est destinée à subventionner 5 millions de quintaux de fourrages, tout en donnant la priorité à l’orge et aux fourrages complexes (voir données de février en page suivante), a-t-il expliqué, ajoutant que le prix ciblé de l’orge est de 200 dirhams pour les éleveurs. Aussi, ce programme consiste également à prendre en charge les frais de transport des fourrages qui représentent 3 millions de quintaux, accorder plus d’importance à la santé animale, à travers la vaccination du cheptel, et à accélérer l’indemnisation des agriculteurs touchés. Sur un autre volet, la subvention des prix des semences certifiées et l’exonération de l’orge des droits de douane figurent également au menu de ce programme, a souligné M. Akhannouch qui a précisé qu’en cas de dégradation de la situation, un programme complémentaire sera élaboré selon le volume des précipitations des mois de mars et d’avril prochains. Par ailleurs, ce déficit pluviométrique a eu un impact négatif non seulement sur le cheptel, mais également sur le couvert végétal, notamment dans les régions d’Al Haouz et de Skhour Rhamna et a causé une flambée des prix des fourrages et une baisse de 16 et 25% des prix du cheptel, a-t-il précisé. Le gouvernement a, donc, mis en place une stratégie de système d’assurance agricole consistant à indemniser les récoltes des céréales et légumineuses au niveau de 16 régions, a noté M. Akhannouch. Aussi, outre l’assurance contre les changements climatiques, le gouvernement procédera à une assurance relative aux arbres fruitiers, légumes et olives et à une assurance sur le cheptel. Parallèlement, l’Agence française de développement (AFD) a accordé un prêt concessionnel de 50 millions d’euros accompagné d’une subvention de 300.000 euros destinés au Plan Maroc Vert, en faveur du développement de l’agriculture et de l’amélioration du revenu agricole des régions défavorisées. Aussi, ces conventions de prêt et de subvention ont été signées par le ministre de l’économie et des finances, Nizar Baraka, le ministre français des affaires étrangères et européennes, Alain Juppé, et le directeur au Maroc de l’AFD, Joël Daligault, en présence du chef de gouvernement Abdelilah Benkirane.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *