Le Souverain donne une leçon de tolérance au Pape

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Commandeur des croyants, a adressé au Pape un message écrit où le Souverain proteste contre les propos tenus lors d’une intervention devant l’université de Ratisbonne, la semaine dernière.
Véritable leçon de tolérance, Sa Majesté le Roi Mohammed VI y rappelle au Pape Benoît XVI que l’Islam, selon le texte sacré qui en fonde l’essence (le Coran), s’adresse à la raison et lui accorde une place privilégiée.
Le Souverain, président du Comité Al Qods, y rappelle aussi au souverain pontife que l’Islam est une religion de tolérance et que tout Musulman se trouve dans l’obligation de croire en tous les Prophètes des religions célestes qui ont précédé Sidna Mohammed, en l’occurrence Moïse et Jésus.
«Le Maroc a connu, à travers son histoire, des érudits qui ont transmis une partie de la culture grecque à l’Occident chrétien au Moyen-Age, et qui ont fait état, dans leurs traités philosophiques, de la possible cohabitation entre la raison et la religion, la première étant le moyen d’appréhender la seconde, vérité corroborée, du reste, par les grands orientalistes et les historiens des différents pays occidentaux», lit-on dans ce message remis par le chargé d’affaires du Royaume auprès du Vatican. Sa Majesté le Roi Mohammed VI semble faire allusion à la dernière sortie du Pape Benoît XVI et dans laquelle ce dernier affirmait n’avoir fait que citer un empereur du Moyen-Âge, Emmanuel II.
«Compte tenu de ces faits religieux et historiques, Je m’adresse à vous, en votre qualité de chef de l’Eglise catholique, pour vous prier d’avoir, à l’égard de l’Islam le même respect que vous vouez aux autres cultes et que l’Islam d’ailleurs voue, lui aussi, aux autres religions célestes, y compris le Christianisme», ajoute le Souverain dans ce message haut en enseignements au Pape Benoît XVI.
Sa Majesté le Roi Mohammed VI conclut qu’il incombe «aux dépositaires du devoir de diffusion des valeurs de paix, de coexistence et de rapprochement entre les nations et les peuples, de tout mettre en œuvre pour défendre ces nobles idéaux» et ce après avoir rappelé le contexte d’amalgames et de tensions qui marquent l’actuelle période.
Sa Majesté le Roi rappelle, enfin, le caractère privilégié des relations qui ont toujours existé entre le Royaume du Maroc et le Saint-Siège, relations fondées sur le dialogue et la concertation sur toutes les questions afférentes aux mondes musulman et chrétien et aux relations internationales.
Le message royal au Pape Benoît XVI intervient juste après la décision du Maroc, sur Hautes instructions du Souverain, de rappeler son ambassadeur au Vatican, Ali Achor, pour consultation.
Dans un discours prononcé à l’université de Ratisbonne (Allemagne) le 12 septembre 2006, le Pape avait tenu des propos qui font le lien entre l’Islam et la violence. Pressé de s’excuser par bon nombre de pays et organisations islamiques, le Pape Benoît XVI s’était déclaré, dimanche dernier, «vivement attristé» des réactions suscitées par son discours, mais sans présenter d’excuses de manière explicite. Le Pape avait plutôt essayé de se justifier en affirmant que le contenu qui avait suscité la polémique a été puisé dans un texte remontant au Moyen-Âge (attribué à l’empereur Emmanuel II) et qu’il n’exprimait aucunement une opinion personnelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *