Les crues ont fait onze morts dans l’Oriental

Après une première intempérie pluviale qui s’est abattue du 13 au 16 octobre, une seconde vague de pluies torrentielles a de nouveau secoué tout l’Oriental jeudi et vendredi derniers. De Figuig à Driouch (province de Nador) il y avait un spectacle de désarroi devant l’ampleur des dégâts causés par une nature aux submersions imprévues. Tous les oueds et rivières ont débordé de leurs lits entraînant sur leurs passages habitations, troupeaux et endommageant infrastructures routières, électriques ou d’assainissement tout en mettant en péril la vie de milliers de personnes. Des précipitations que l’Oriental n’avait pas connues depuis 1973 et qui ont enregistré des records de pluviométries. A elle seule Oujda a reçu plus de 70 ml en moins de 90 minutes, précise-t-on auprès des services de la météorologie. A Driouch (à 60 km de Nador), l’oued Kerte a surpris ses riverains avec des crues qui ont atteint une force de déferlement de 2400 m3/seconde. Cela a causé la mort de onze personnes dont 6 de la même famille.
En quelques minutes maisons et magasins de fortune furent emportés par la force des crues. Pas loin de cette localité et à Tazaghine les inondations ont fait périr trois personnes dont une mère et son nouveau-né qui s’apprêtaient à regagner leur foyer familial. Les victimes se trouvaient à bord d’une voiture. Un peu au sud et à Tafoughalt (province de Berkane) une jeune fille a été tuée par la foudre. Mustapha Mansouri, président de la Chambre des représentants et président de la commune d’Al Aroui et Abdelkebir Zahoud, secrétaire d’Etat chargé de l’Eau et de l’Environnement, dépêchés par le Souverain à Driouch pour s’enquérir de la situation, ont réitéré l’engagement du gouvernement et les autorités locales pour secourir les populations sinistrées et réparer au plus vite les dégâts occasionnés.  Un vaste programme d’intervention vient d’être lancé pour corroborer les efforts déployés par les autorités locales. De son côté, Oujda n’a pas été épargnée et fut complètement inondée vendredi. De 15h 40 mn à 17h 20mn, plus de 70 ml de pluies se sont abattus sur la ville, provoquant la mort de quatre personnes dont un élève et trois sexagénaires. Les habitants de plusieurs quartiers tels que Ngadi, Mharchi , Mir Ali, Sedrat Bouamoud et la zone industrielle ont passé la nuit en plein air. Par ailleurs 200 familles ont été relogées et 1000 couvertures et matelas ont été distribués durant la journée du vendredi. Alors qu’une centaine de maisons ont été submergées d’eau à plus de 2 mètres. Ces pluies ont aussi provoqué le déraillement du train 105 reliant Oujda à Casablanca juste à 900 mètres de la gare de Béni Oukil, mais sans faire de victimes. Des travaux de renforcement sont en cours pour normaliser la navette des trains.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *