Nadia Bezad : «Une éducation sexuelle s impose»

Nadia Bezad : «Une éducation sexuelle s impose»

ALM : Que pensez-vous de l’appel de l’AMDH?
Nadia Bezad : L’interdit n’a jamais été une solution. Prenons, par exemple, le cas de l’alcool. Alors qu’il est interdit dans notre pays, la loi n’a jamais empêché les Marocains d’en acheter et d’en boire. Il en va de même pour les rapports sexuels.
Tout le monde sait très bien que les relations sexuelles en dehors du mariage sont pratiquées quotidiennement dans notre société en dépit d’une loi qui prohibe de tels actes. On est en droit de se demander si la loi est appliquée dans notre pays et si elle a donné des résultats. Une chose est sûre, ce n’est pas la loi qui va empêcher les rapports sexuels et la multiplication des cas des IST et de sida dans notre pays.

Si l’article 490 n’empêche pas les rapports sexuels hors mariage, quelle solution proposez-vous?   
Il faut régler le problème à la base. Seule l’éducation sexuelle sera en mesure d’éviter la catastrophe. Si les jeunes ont une bonne éducation sur le plan sexuel, ils éviteront d’avoir des rapports ou du moins auront des rapports protégés. Ce qui permettra d’éviter de nombreux drames sociaux, notamment les cas d’avortement, la prolifération des enfants abandonnés dans les rues, les maladies sexuellement transmissibles, le sida. C’est pourquoi, au sein d’Opals, nous revendiquons l’intégration de l’éducation sexuelle dans le cursus scolaire. Celle-ci doit être enseignée dans les écoles, les mosquées et au sein même de la famille.

La liberté sexuelle n’entraînera-t-elle pas une augmentation des cas d’IST et de sida dans notre société?
Si les rapports ne sont pas protégés, il est certain que les cas de MST et de sida seront plus nombreux. Cela dit, il faut savoir que le mariage ne constitue pas une protection contre le sida. En effet, nous avons constaté que les Marocaines mariées sont davantage touchées par le sida. De nombreux maris qui entretiennent des relations extraconjugales avec des prostituées ou des femmes sexuellement actives contaminent leurs épouses lors de rapports sexuels. Il n’est pas rare de voir des femmes voilées et mariées ou des jeunes filles de 13-14 ans qui vivent avec le sida. Attendons-nous à des statistiques catastrophiques durant les prochaines années.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *