Pédophilie : Ferry reste motus et bouche cousue

L’ancien ministre de l’Éducation nationale, Luc Ferry, a été auditionné, vendredi 3 juin, en qualité de témoin par la brigade de protection des mineurs de Paris. L’audience a duré un peu plus d’une heure. Luc Ferry qui est arrivé vers 9h20 dans les locaux de la brigade de protection des mineurs est sorti vers 10h30 sans faire de déclaration. On ignore la nature de ses propos devant les enquêteurs. Ce dernier aurait répété ce qu’il avait dit à la télévision, citant des «éléments» des ex-Renseignements généraux (RG), mais sans être apparemment plus précis. Le parquet de Paris a ouvert, mercredi, une enquête préliminaire après les accusations de pédophilie lancées par Luc Ferry contre un ancien ministre. Au Maroc, deux associations de protection de l’enfance ont déposé plainte contre X au tribunal de Marrakech. Les deux ONG souhaitent que  Luc Ferry soit entendu en tant que témoin au Maroc . Contacté par ALM, Najia Adib, présidente de l’association «Touche pas à mes enfants», a indiqué que «nous avons déposé une plainte dans la matinée du vendredi. Luc Ferry ne peut plus faire marche arrière. Il doit assumer sa responsabilité et mettre tout sur table. Il est grand temps qu’il nous livre la vérité dans cette affaire de pédophilie». Du côté de l’Association «Touche pas à mon enfant» , l’avocat parisien, Me Jean Chevais, a précisé que la plainte contre X sera déposée, mercredi 8 juin à Paris. L’objectif étant «de pousser la justice à vraiment enquêter» a-t-il souligné. Aux plaintes de ces deux associations, l’Association internationale de lutte contre la pédophilie, Innocence en danger a également décidé de porter plainte , pour «non dénonciation d’un crime commis aux autorités compétentes, qu’elles soient françaises ou marocaines». L’ONG a sollicité Me Youssef Chehbi pour porter cette affaire devant la justice marocaine. Vendredi 3 juin, sur le plateau de Canal+, Jack Lang n’a pas mâché ses mots. L’ancien ministre de la Culture s’est réjoui de l’ouverture d’une enquête préliminaire et a assuré ne pas se sentir visé par les accusations de Luc Ferry . M. Lang a demandé à ce que la «lumière soit faite» sur cette affaire. «On ne peut pas dire n’importe quoi. Il n’y a pas de démocratie possible si chacun n’assume pas pleinement ses responsabilités avec honnêteté et bonne foi», a déclaré M. Lang à Canal+. «Comment quelqu’un qui se dit philosophe peut se laisser abandonner comme ça?», a-t-il lancé. «Ou bien il ment, et c’est grave, ou bien il dit la vérité, et qu’il la dise!», a-t-il déclaré avant de conclure : «La politique sans vérité, c’est la tambouille, la fange, la boue». Rappelons que lundi 30 juin sur le plateau du Grand Journal de Canal+, Luc Ferry avait accusé un ancien ministre de pédophilie. L’ancien ministre de l’Éducation nationale avait révélé qu’ «un ancien ministre s’est fait poisser à Marrakech dans une partouze avec des petits garçons» assurant tenir l’information des «plus hautes autorités de l’État, en particulier par le Premier ministre». Luc Ferry avance ces accusations sans pour autant citer le nom du ministre incriminé. « Si je sors le nom maintenant, c’est moi qui serai mis en examen et à coup sûr condamné, même si je sais que l’histoire est vraie», avait-il expliqué.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *