Renforcer l’infrastructure

Abdelkébir Zahoud est-il un porte-bonheur ? Sa nomination au secrétariat d’Etat chargé de l’eau a coïncidé avec une pluviométrie abondante. Sauf que ces pluies ont eu dans certaines régions des effets destructeurs, des inondations à Mohammedia et à Settat ont endeuillé le pays.
Le problème c’est que pour Mohammedia, ce n’est pas la première fois qu’il y a eu des inondations dès que de fortes pluies s’abattent sur la ville. L’oued El Maleh fait à chaque fois des siennes sans que l’on prenne conscience et que l’on prenne les mesures qui s’imposent.
Pour M. Zahoud, le barrage sur l’oued El Maleh qui date des années trente a une capacité de 5 millions de m3. «Or, avec les pluies exceptionnelles de ces derniers jours, la capacité de retenue du barrage a été largement dépassée. L’eau dépassait le niveau du barrage. Il fallait ouvrir les vannes pour limiter les dégâts parce qu’autrement, tout le barrage aurait pu céder et les risques dans ce cas de figure sont énormes.»
Selon M. Zahoud, la décision qui a été prise a minimisé les pertes et a permis de sauvegarder le barrage, les eaux toujours stockées et la ville de Mohammedia dont une grande partie qui aurait pu être engloutie.
Quand on lui pose la question sur les solutions à prendre, sa réponse ne se fait pas attendre. «Le problème est connu depuis des années. Le barrage actuel ne peut contenir tant d’eau. Il faut construire un nouveau barrage pour éviter à la ville de Mohammedia de telles catastrophes».
Le voeu du ministre pourra-t-il être réalisé, d’autant plus qu’il s’agit d’une revendication de toute une population sinistrée ? C’est là la grande question.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *