Complicité israélo-américaine

Israël s’est, bien entendu, félicité des nouvelles pressions exercées par les Etats-Unis sur Yasser Arafat et la direction palestinienne. Condoleezza Rice, la conseillère du président américain Bush pour la sécurité nationale, a assuré que la phase actuelle «impose au président Arafat de prendre des mesures contre le terrorisme, de l’extirper de l’Autorité palestinienne ». Une déclaration qui fait suite à des propos très durs de George W. Bush, qui s’est déclaré être « très déçu » par Arafat, qu’il a accusé de « renforcer la terreur ». Assigné à résidence, acculé à faire des concessions qui tendent à l’éloigner de sa base, Arafat voit maintenant planer au-dessus de lui -et de son peuple – la menace de rétorsions de la part de Washington. Et le secrétaire d’Etat Colin Powell d’en rajouter une couche en affirmant, de son côté, qu’ « un éventail d’options » était à l’étude pour sanctionner le président palestinien. Celui-ci avait déjà invité le 16 décembre dernier les Palestiniens à cesser toutes les « activités terroristes » et «armées», un appel au calme qui avait été suivi d’effets pendant environ un mois. Mais il a vite été interrompu du fait des provocations de l’armée d’occupation israélienne et de ses incursions meurtrières. Dans un communiqué, l’Autorité Palestinienne a exhorté tous les mouvements palestiniens à « cesser complètement le feu et arrêter toutes les opérations militaires contre les Israéliens, qui ne servent pas du tout notre cause nationale ».
C’est une partie du contrat. A charge pour Israël de remplir la sienne, ou, au moins de chercher à calmer le jeu… Intervenant sur la chaîne satellitaire Al-Jazeera, Arafat a demandé aux Américains « de ne pas se fonder sur les rapports israéliens pour juger la situation dans les territoires. Qu’ils envoient des émissaire pour qu’il se rendent compte par eux-même de l’escalade militaire israélienne ». Il est «du droit du peuple palestinien de se demander pourquoi la communauté internationale reste silencieuse face » aux bombardements israéliens, a-t-il ajouté. Et de lancer un appel aux Américains, leur demandant de comparer la lutte des Palestiniens contre l’occupation israélienne à leur combat contre les forces britanniques pendant la guerre d’indépendance. « Avez-vous jamais accepté l’occupation britannique aux Etats-Unis», a interrogé Yasser Arafat. « Est-ce que George Washington ne s’est pas battu, avec son peuple, jusqu’à ce qu’ils aient libéré les Etats-Unis?». Il a aussi demandé à Washington d’envoyer à nouveau l’émissaire Anthony Zinni dans la région, pour essayer de parvenir à un cessez-le-feu. En fait, tous les efforts déployés ont tout d’une action concertée, n’ayant pour autre but que de mettre Arafat dans une situation encore plus intenable…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *