Événement : Triste manif à Rabat

Ils n’étaient pas vraiment nombreux. Des centaines de personnes, militants de l’AMDH, de l’Association de soutien au peuple palestinien et du PJD, ont scandé des slogans hostiles à la guerre déclarée par Georges bush à l’Irak. Hostiles à la position anglaise et espagnole. Des slogans qui rappellent l’unité dans l’adversité de la nation arabe et qui appellent, aussi, à une mobilisation de l’ensemble de la classe politique marocaine pour dire non au diktat américain.
Le nombre n’était pas impressionnant, certes. Mais l’enjeu est de taille. Faire entendre la voix des Marocains qui ne veulent pas d’une attaque contre l’Irak. Sans pour autant cautionner les actes anti-démocratiques du président Saddam Hussein.
Mais pour un enjeu pareil, il paraît que les organisateurs n’ont pas pris suffisamment les choses telles qu’elles doivent l’être. Ils ont privilégié de mettre sur la place publique leurs divergences internes et intestines au lieu de mobiliser leurs troupes pour une manifestation de solidarité digne de ce nom. On est loin de la grande manifestation de février 1991 ou les celle de 2002. On est loin de cette déferlante qui a tenu en haleine presque le monde entier qui a suivi en direct les centaines de milliers de manifestants dans les rues de la capitale.
A la faveur de ce manifestation symbolique en fin de compte, on peut tout de même dire qu’elle a servi aussi à montrer les carences de la société civile marocaine, le désengagement des politiques des affaires pan-arabes et a montré au grand jour que ‘’la rue arabe » est aujourd’hui plus un leurre qu’un acte mobilisateur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *