Fin du deuil pour Bhutto, le PPP revient en campagne

Des milliers de personnes se sont rassemblées jeudi devant le mausolée de Benazir Bhutto dans le sud du Pakistan pour marquer le 40ème jour de deuil après l’assassinat fin décembre de l’ex-leader de l’opposition. Cette journée de recueillement et de prières a été également marquée par le retour en campagne de son mouvement, le Parti du peuple pakistanais (PPP), à onze jours seulement des élections législatives et provinciales prévues pour le 18 février.
Des admirateurs ont commencé à s’entasser sous des tentes dès mercredi soir, écoutant des chansons de deuil et récitant des versets du Coran, devant l’imposant mausolée construit dans le même style que le Taj Mahal à Garhi Khuda Bakhsh, dans la province du Sind (sud), non loin du village de la dynastie Bhutto, Naudero, dans le district de Larkana.
Mme Bhutto a été tuée le 27 décembre à l’issue d’un meeting électoral dans un attentat suicide à Rawalpindi, dans la banlieue d’Islamabad. Les violentes émeutes qui ont suivi son assassinat ont provoqué le report des élections initialement prévues pour le 8 janvier, et la mise en sommeil de la campagne du PPP pour les 40 jours de deuil.
Le PPP attendait des «dizaines de milliers» de personnes jeudi à Garhi Khuda Bakhsh pour le «chehlum» de la mort de Mme Bhutto, journée traditionnelle de prières 40 jours après le décès.
Le gouvernement du président Pervez Musharraf, ainsi que Washington, ont accusé un chef de tribu du nord-ouest du pays qui a fait allégeance à Al-Qaïda d’avoir organisé l’assassinat de l’ex-Premier ministre (1988-1990 et 1993-1996), qui avait juré de débarrasser le Pakistan des extrémistes islamistes. Le PPP, lui, soupçonne des hauts responsables du pouvoir et des services secrets d’avoir fait tuer Mme Bhutto parce qu’elle allait remporter les élections.
Le PPP a nommé à sa tête pour lui succéder son fils Bilawal, 19 ans, mais, comme co-président et leader effectif, son époux Asif Ali Zardari. Ce dernier devait s’adresser dans l’après-midi à la foule devant le mausolée, pour marquer la reprise de la campagne du PPP.
Il le fera sous très haute sécurité. «Nous avons pris le maximum de précautions», a affirmé à l’AFP le chef de la police de Larkana, Ghulam Rasool Dombki. «Nous avons installé des scanners à tous les accès et personne ne pourra s’approcher du premier cordon de sécurité sans avoir été fouillé minutieusement», a-t-il ajouté.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *