Gaza : le massacre continue !

Gaza : le massacre continue !

Vingt-quatre Palestiniens ont été tués mercredi dans les territoires, dont 18 par des bombardements d’artillerie israéliens à Beit Hanoun (bande de Gaza), provoquant la colère des groupes armés qui appellent à la reprise des attentats suicide contre Israël. Ces décès portent à 5.554 le nombre de tués, en grande majorité des Palestiniens, depuis le déclenchement de l’Intifada en septembre 2000, selon un bilan établi par l’AFP. Parmi les morts de Beit Hanoun dans le nord de la bande de Gaza, figurent onze membres d’une même famille, dont deux fillettes, a affirmé Khaled Radi, porte-parole du ministère de la Santé faisant état d’une quarantaine de blessés. L’Autorité palestinienne a décrété trois jours de deuil dans les territoires palestiniens. Un porte-parole du gouvernement palestinien dirigé par le Hamas a affirmé qu’Israël « doit être effacé de la face de la terre ».
«Israël est un Etat d’animaux, qui ne reconnaît aucune valeur humaine. C’est un cancer qui doit être éradiqué et tout le monde doit y participer pour y parvenir», a déclaré à des journalistes Ghazi Hamad, porte-parole du gouvernement palestinien.
Le président Abbas et le Premier ministre palestinien issu du Hamas Ismaïl Haniyeh ont appelé à une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations Unies. «Israël détruit toutes les chances de paix», a affirmé M. Abbas à des journalistes à Gaza.
La principale entité représentative du monde musulman, l’Organisation de la conférence islamique (OCI), a exhorté le Conseil de sécurité des Nations Unies à adopter en urgence des mesures «pour faire cesser l’agression israélienne et garantir la protection du peuple palestinien de la brutalité et du terrorisme d’Etat d’Israël». Même requête du côté de la Syrie, pour qui «l’agression sauvage israélienne est un défi à la communauté internationale» qui «doit être dénoncé avec virulence par la communauté internationale, notamment le Conseil de sécurité de l’ONU, qui en assument l’entière responsabilité».  Quant au chef du Hamas réfugié à Damas, Khaled Mechaal, il a affirmé que son mouvement répondrait «par des actes» au «massacre» perpétré par Israël.
 Le roi Abdallah II de Jordanie a également dénoncé le «massacre horrible commis par les forces israéliennes». La Ligue arabe a par ailleurs convoqué «une réunion d’urgence des ministres des Affaires étrangères pour discuter de l’agression israélienne».
 L’Union européenne a jugé que les bombardements constituaient un «événement profondément choquant».  «La France condamne les tirs d’artillerie indiscriminés dans des zones habitées qui interviennent en violation du droit international humanitaire et notamment des conventions de Genève», a assuré le ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy. En Italie, le ministre des Affaires étrangères, Massimo D’Alema, a souhaité que ces opérations militaires s’arrêtent «face à la tragédie qui s’est produite» et appelé de ses vœux une reprise des négociations entre les parties. Selon lui «une initiative internationale pour débloquer la situation» est «indispensable».


 Hamas et Fatah appellent à une reprise
des attentats en Israël


Réagissant violemment au massacre de Beit Hanoun, le Hamas qui contrôle le gouvernement palestinien et le Fatah, parti du président Mahmoud Abbas, ont appelé à une reprise des attentats suicide en Israël.
« Nous appelons les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa (issues du Fatah) et les branches armées des mouvements palestiniens à reprendre les opérations de martyre » en Israël, a déclaré le porte-parole du Fatah Jamal Obeid. « Nous implorons nos moujahidines (combattants) à reprendre les opérations de martyre (attentats suicide) à Tel-Aviv, Jérusalem, Jaifa, Jaffa et partout ailleurs », a déclaré un porte-parole du Hamas, Nizar Rayan, en haranguant par haut-parleur des manifestants à Beit Lahya. Le principal mouvement islamiste observait une trêve depuis le début de l’année 2005.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *