Haute sécurité pour le passage de la flamme olympique

Environ 7.000 manifestants devaient affluer le long du parcours, encadrés par un dispositif de sécurité exceptionnel pour éviter la répétition des scènes de chaos qui ont émaillé le passage de la flamme lundi à Paris. Publiquement, les responsables des différentes organisations ont appelé au calme. Mais de nombreux manifestants ne cachaient pas leur intention «d’arrêter la flamme», qui commencera à 13h00 locales (20h00 GMT) son parcours réduit à 9,6 km pour des raisons de
sécurité.
Défenseurs des droits de l’Homme, militants pro-Tibet et opposants au régime communiste chinois se sont donné rendez-vous à San Francisco, seule étape nord-américaine de la flamme qui poursuit son tour du monde mouvementé avant les Jeux Olympiques de Pékin en août.
Le maire Gavin Newsom a prévu une très forte présence policière. «L’itinéraire n’est pas fixé. Il continuera de changer tout le temps jusqu’à ce que la flamme soit passée», a-t-il prévenu. Dès mardi, 2.000 manifestants ont participé à une veillée aux chandelles dans le centre de la ville de la côte ouest des Etats-Unis, autour de défenseurs de la cause tibétaine, dont l’archevêque sud-africain Desmond Tutu et l’acteur américain Richard Gere, proche du dalaï-lama, le chef spirituel tibétain en exil. Mgr Tutu a appelé le président américain George W. Bush et les dirigeants étrangers à ne pas asssister aux Jeux de Pékin qui s’ouvriront le 8 août. «Pour l’amour de Dieu, de nos enfants, du beau peuple tibétain, n’y allez pas», a lancé le prix Nobel de la Paix. «Dites à vos interlocuteurs à Pékin que vous vouliez y aller, mais que vous avez eu un empêchement». «C’est un moment épique», s’est écrié Richard Gere, l’un des dirigeants de la Campagne internationale pour le Tibet (ICT). «La société harmonieuse dont parle (le président chinois Hu Jintao) est une duperie. Il ne peut y avoir d’harmonie sans liberté de religion et de culture».
Depuis que la flamme a été allumée en Grèce le 24 mars, les militants pro-Tibet se sont mobilisés sur son passage, en réponse à la répression en mars des manifestations qui a fait 150 morts selon le gouvernement tibétain en exil. Pékin affirme que les émeutiers tibétains ont tué 20 personnes. Le périple actuellement retenu, passant par le Tibet, est le plus ambitieux de l’histoire des JO, avec 137.000 kilomètres à travers 19 pays, dont la Chine.Face aux manifestations, le parcours de la flamme a provoqué un vif débat au sein du Comité international olympique (CIO), mais son président Jacques Rogge a affirmé qu’il n’était pas question d’y mettre un terme. Cette question doit être abordée lors de la réunion de la commission exécutive du CIO, qui s’ouvre ce jeudi à Pékin pour trois jours.
Au lendemain du fiasco parisien, le président français Nicolas Sarkozy a conditionné sa participation à la cérémonie d’ouverture des JO à un dialogue entre la Chine et le dalaï lama.
Pour sa part, la Maison-Blanche n’a pas exclu que le président George W. Bush n’assiste pas à la cérémonie.
A San Francisco, les organisateurs des manifestations ont appelé au calme. «Nous appelons nos partisans à ne pas perturber le parcours mais aussi à venir en nombre», a déclaré le président de l’ICT, John Ackerly. Mais d’autres ont annoncé des actions plus «directes», des militants prévoyant par exemple de s’asseoir sur la chaussée.
«Le but est d’arrêter la flamme et s’assurer qu’elle n’arrivera jamais en haut de l’Everest ou au Tibet», assurait Gopal Dayaneni, venu enseigner la désobéissance civile à une centaine de manifestants. Police, services secrets et douaniers avaient accueilli mardi la flamme dans un aéroport de San Francisco très surveillé. La veille, des militants avaient escaladé le célèbre pont du Golden Gate pour y déployer deux immenses banderoles appelant à un Tibet libre.
Buenos Aires, qui accueille la flamme vendredi, a également renforcé son dispositif de sécurité.


• Glenn Chapman (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *