Israël ne fait pas de quartier

Un haut responsable de l’Etat hébreu s’est félicité vendredi que le président américain n’ait pas demandé la veille un «retrait immédiat» de l’armée israélienne des villes palestiniennes qu’elle réoccupe progressivement depuis une semaine. «Le président Bush a certes demandé un retrait mais il n’a pas dit ‘retrait immédiat’», a déclaré le directeur adjoint du ministère des Affaires étrangères, Gidéon Méir, ajoutant qu’Israël n’a «aucune intention de rester dans les territoires». «Nous nous retirerons quand nous aurons nettoyé les nids de terroristes», a-t-il précisé tout en rappelant que «l’armée s’est donnée un délai de quatre semaines, pour parvenir à cette tâche».
Vendredi, Tsahal a donc continué de fouiller méthodiquement les maisons de Naplouse et du camp de réfugiés de Jénine. Les troupes ont aussi maintenu le siège de la basilique de la Nativité à Beit Lahm, où quelque 300 Palestiniens -hommes, femmes et enfants – sont toujours retranchés avec des religieux qui resteront sur place «pour éviter un massacre», a signalé un supérieur de l’ordre des Franciscains. Le père Bini a précisé, depuis Rome, que 40 religieux et 4 religieuses de son ordre se trouvaient toujours dans le couvent près de la basilique. Jeudi soir, quatre fortes explosions et des tirs ont encore été entendus autour de la basilique.
Dans la nuit, au moins deux nouvelles explosions ainsi que des tirs nourris de mitrailleuses ont été rapportés par des témoins. Vendredi matin, l’armée israélienne a fini par demander aux Palestiniens retranchés dans l’église de sortir : «pour la paix de tous, chacun doit sortir du lieu saint et sera traité avec respect et dignité»… Selon la radio militaire israélienne, les forces de Tsahal ont officiellement accéléré leurs opérations dans les différentes villes de Cisjordanie, espérant couvrir un maximum de terrain avant que la pression internationale ne les force à se retirer. Ce vendredi, deux de leurs hélicoptères ont tiré deux roquettes sur un véhicule à Hébron, faisant cinq blessés.
A Naplouse, sept Palestiniens ont été tués vendredi matin, par des hélicoptères de combat qui ont tiré sur un groupe de résistants. Cette résistance palestinienne a d’ailleurs empêché les soldats israéliens de pénétrer dans le centre de la ville qui compte 180.000 habitants, de même que dans les camps de Balata et Askar situés à proximité qui connaissent un certain répit. Car, comme l’a répété le Premier ministre israélien, «l’opération Rempart continuera» .
Sur une télévision privée, Ariel Sharon a ajouté que «négocier avant que la terreur ne soit contenue ne pourra qu’entraîner sa poursuite». L’opération baptisée « Rempart», lancée le 29 mars à la suite d’un attentat suicide meurtrier en Israël, a en tout cas permis à l’armée israélienne de prendre le contrôle de six des principales villes autonomes palestiniennes de Cisjordanie.
L’armée libanaise a quant à elle annoncé vendredi avoir arrêté six Palestiniens du Front populaire de libération de la Palestine – commandement général (FPLP-CG) en possession de missiles sol-sol GRAD, de fabrication russe. Les six hommes étaient en possession d’une batterie de missiles, selon le Liban. Celui-ci poursuit de son côté une vaste opération de ratissage dans la région de l’Arkoub, dans le sud limitrophe d’Israël, à la suite du tir de neuf missiles sur des positions israéliennes dans le secteur controversé des fermes de Chebaa. Tirs effectués par «la milice chiite libanaise du Hezbollah», selon Beyrouth.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *