La crise économique fait tomber le Parti travailliste

Le Premier ministre britannique Gordon Brown s’est dit « optimiste » dimanche pour l’avenir du Royaume-Uni, affirmant avoir « une stratégie » pour redresser la situation économique du pays responsable, selon lui, de la défaite du Labour aux élections locales cette semaine. «Je suis optimiste pour l’avenir du Royaume-Uni», a déclaré sur BBC1 M. Brown, prenant la parole pour la première fois depuis la plus importante défaite en 40 ans enregistrée par le Labour, son parti, aux élections locales de jeudi en Angleterre et au Pays de Galles. Selon des estimations de la BBC, le Labour s’est classé en troisième position avec 24% des voix, derrière les libéraux-démocrates (25%) et à vingt points derrière les conservateurs (44%). Surtout, il a perdu les commandes de la capitale, Londres, au profit du conservateur Boris Johnson. Interrogé sur la capacité des travaillistes à remonter la pente, M. Brown a lancé : «Bien sûr, je suis certain que nous pouvons nous en remettre». Les prochaines élections législatives doivent se tenir d’ici à mai 2010. Reconnaissant que ce n’était pas son « meilleur week-end», il a dit se sentir «responsable» de la déconfiture de son parti et ajouté qu’il n’y avait «absolument aucune justification de (sa) part». «Peut-être ai-je passé un peu trop de temps à… entrer dans les détails pour résoudre les problèmes des gens. Mais pour résoudre les problèmes des gens, vous devez comprendre leurs problèmes», a-t-il poursuivi, citant la hausse des prix tous azimuts (nourriture, pétrole, logement), les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’emploi ou encore de la sécurité. «Nous avons une stratégie économique pour traverser ces difficultés économiques», a affirmé celui qui a pris la succession de Tony Blair en juin 2007, promettant «des annonces dans les prochaines semaines» sans en donner la teneur. Quant aux appels internes au Labour à son départ de Downing street, Gordon Brown a précisé qu’il «pens(ait) être la meilleure personne dans le pays, avec le ministre des Finances Alistair Darling, pour affronter ces défis» tout en admettant qu’à titre personnel, il fallait faire preuve de «résistance» face à de telles difficultés. Il est important selon lui de faire passer le message aux Britanniques que le gouvernement a compris leurs inquiétudes notamment face à la hausse des prix et de les convaincre qu’il sait «avec force et précision la direction à suivre».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *