Le Fatah uni contre le Hamas

Le Fatah uni contre le Hamas

La situation commence à se corser au Proche-Orient à l’approche des élections législatives prévues en janvier sur les territoires palestiniens. Pour faire face au Hamas, la seule initiative qui reste pour le Fatah, parti du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, jusqu’à présent miné par des divisions qui compromettaient ses chances aux législatives, est celle de l’union. Le scénario d’un front uni du Fatah devient ainsi de plus en plus probable. En effet, ce mouvement a récemment obtenu un feu vert juridique pour fusionner ses deux listes.
Un tribunal spécial a rendu un arrêt ordonnant à la Commission électorale centrale (CEC) de rouvrir exceptionnellement le dépôt de candidatures afin que le Fatah puisse enregistrer sa nouvelle liste. Le tribunal avait été saisi par un avocat du mouvement qui a fait valoir que la CEC avait fermé ses bureaux pratiquement toute la journée du 13 décembre à la suite de violences, et qu’en conséquence, il faudrait accorder un délai supplémentaire aux candidats désirant s’inscrire.
Les divisions au sein du Fatah et les menaces d’Israël d’interdire la tenue des législatives à Jérusalem-Est, occupée, ont alimenté ces derniers jours les spéculations sur un possible report des législatives. Le Fatah avait auparavant décidé de présenter deux listes distinctes pour conjurer le spectre d’une scission entre la"vieille garde" de l’OLP, arrivée au pouvoir sous l’ère de Yasser Arafat, et les jeunes cadres du mouvement, qui réclament un meilleur partage des responsabilités. Baptisée «L’Avenir», la liste des jeunes cadres est conduite par Marwan Barghouti, un chef populaire du mouvement qui purge une peine de prison à vie en Israël pour son rôle dans l’Intifada. M.Barghouti était initialement aussi à la tête de la liste officielle du Fatah avant d’en être retiré.
À la suite d’intenses tractations, les deux camps sont finalement parvenus à un arrangement. La liste unique sera conduite par M.Barghouti. En vertu de ce compromis, les ministres et les députés sortants du Fatah ainsi que les membres du comité central disputeront le scrutin chacun comme candidat dans sa propre circonscription et ne figureront pas sur la liste présentée par le mouvement au niveau national. Ce compromis a toutefois suscité des grincements de dents chez les caciques du mouvement, qui accusent sa direction d’avoir plié face à la jeune garde de M.Barghouti.
Par ailleurs, l’Etat herbeux continue ses agressions contre les Palestiniens. Hier avant l’aube, des hélicoptères israéliens ont attaqué des cibles dans la bande de Gaza, où Israël a commencé à instaurer un no man’s land destiné à empêcher les tirs de roquettes sur son territoire.
Les raids israéliens, qui n’ont pas fait de victime, ont notamment visé des bureaux du mouvement Fatah à Beit Lahya, dans le nord du territoire, ainsi qu’à Gaza-ville, occasionnant d’importants dégâts. Ces raids sont intervenus quelques heures après la chute en territoire israélien de roquettes artisanales tirées depuis la bande de Gaza.
La télévision publique a, pour sa part, précisé que tout Palestinien qui pénétrera dans cette zone "le fera au péril de sa vie". Elle a précisé que l’armée allait faire un usage accru d’hélicoptères contre les Palestiniens infiltrés dans cette "zone de sécurité" ainsi que pour des opérations "d’éliminations ciblées" visant notamment des activistes du Jihad islamique, qui a revendiqué la plupart des tirs de roquettes vers Israël ces derniers jours.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *